Chili : Une députée raciste pourrait être déchue de son mandat pour avoir gravement calomnié un dirigeant mapuche

L’humanité solidaire attend que la justice condamne un tel abus et punisse au moins de manière exemplaire le racisme, la violence suprémaciste et l’impunité.

Le 24 avril 2019, María Gloria Naveillán Arriagada, porte-parole de l’Association d’extrême droite pour la paix et la réconciliation en Araucanie (APRA) et du Rassemblement des agriculteurs de Malleco qui regroupe les grands propriétaires fonciers de la région, a désigné publiquement et stigmatisé Adán Huentecol, le werkén de la communauté Antonio Panitru du Bas Malleco, comme auteur de menaces d’incendie criminel et de destruction de machines forestières appartenant à l’entrepreneur Gerardo Cerda, sans aucune preuve, suite à l’incendie d’une machine forestière survenu dans le secteur de Loncomahuida.

Isabel Figueroa, avocate d’ Adán Huentecol, la personne lésée, a informé que suite à cela, ce dernier a déposé le 1er mai 2019 une plainte devant le Tribunal correctionnel de Collipulli contre Gloria Naveillán pour délits de diffamation.

Après plusieurs obstacles juridiques, l’affaire a été délocalisée à Santiago, car Naveillán a confirmé ses déclarations, mais elle les avait faites depuis la commune de Las Condes, dans la Région métropolitaine.

– Isabel, sur quoi cette dame s’est-t-elle appuyée pour calomnier Huentecol?
« Elle affirme qu’elle est l’amie de l’entrepreneur Gerardo Cerda et qu’il ‘aurait informée de ce qu’elle a ensuite déclaré publiquement de manière calomnieuse. ”

– Que se passera-t-il ce mercredi 10 août 2022 ?
« La Cinquième chambre de la Cour d’appel de Santiago examinera le recours déposé par la défense de María Gloria Naveillán Arriagada, qui vise à mettre fin à l’affaire engagée par mon client le 1er mai 2019.
Mais le Quatrième Tribunal correctionnel de Santiago continue de traiter la plainte pour diffamation grave contre l’actuelle députée Naveillán, le même tribunal qui a rejeté la clôture du dossier.
Ce mercredi, nous espérons que la décision du Quatrième Tribunal correctionnel sera confirmée afin que l’accusée puisse être jugée.

– Mais Naveillán est députée du Parti républicain…
« Nous avons lancé en même temps une demande de déchéance devant la Chambre Plénière de la Cour d’appel de Santiago (affaire Rol 1599-2022), dont l’objectif est de prévenir tout non-lieu dans l’affaire. De fait, dans cette procédure, Naveillán a même d’autres avocats, et il faut juste fixer une date pour l’audience de déchéance.

Mais je comprends que la Cour ne l’a pas encore fait parce qu’elle attend de voir ce qui va se passer le mercredi 10 août. ”

– Si le refus de clôture du dossier est confirmé mercredi, que va-t-il se passer ?
Il ne nous restera plus qu’à demander une date pour l’audience de déchéance. .Dans le cas contraire, nous devrons réfléchir aux recours à prendre.

Nous ne sommes pas des terroristes
Justice et liberté!
Pour les prisonniers politiques mapuche

La fasciste María Gloria Naveillán a non seulement accusé gratuitement des leaders mapuches, comme le werkén Adán Huentecol, mais aussi des prisonniers politiques mapuches pendant la grève de la faim à Angol en 2020. Elle a lancé un appel public sur les réseaux sociaux pour que les personnes occupant les municipalités de Curacautín, Victoria et Traiguén soient expulser par n’importe quel moyen, ce qui a entraîné une terrible répression qui a touché des enfants mapuches, et des femmes et des hommes qui ont été gravement blessés.

La violence à l’encontre du peuple mapuche touche également les enfants, lesquels sont victimes des coups et des tirs de la police chilienne lors de ses raids constants dans les communautés mapuches. | Photo : La Nación

L’humanité solidaire attend que la justice condamne un tel abus et punisse au moins de manière exemplaire le racisme, la violence suprémaciste et l’impunité.

Andrés Figueroa Cornejo pour La Pluma, le 10 août 2022

Traduit par Rafael Tobar, révisé par Fausto Giudice

Édité par María Piedad Ossaba