Warning: ftp_fget() expects parameter 1 to be resource, null given in /homepages/10/d788709971/htdocs/job/lapluma.net/wp-admin/includes/class-wp-filesystem-ftpext.php on line 146

Warning: ftp_fget() expects parameter 1 to be resource, null given in /homepages/10/d788709971/htdocs/job/lapluma.net/wp-admin/includes/class-wp-filesystem-ftpext.php on line 146

Warning: ftp_fget() expects parameter 1 to be resource, null given in /homepages/10/d788709971/htdocs/job/lapluma.net/wp-admin/includes/class-wp-filesystem-ftpext.php on line 146

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/10/d788709971/htdocs/job/lapluma.net/wp-admin/includes/class-wp-filesystem-ftpext.php:146) in /homepages/10/d788709971/htdocs/job/lapluma.net/wp-content/plugins/cbxuseronline/includes/class-cbxuseronline-helper.php on line 129

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/10/d788709971/htdocs/job/lapluma.net/wp-admin/includes/class-wp-filesystem-ftpext.php:146) in /homepages/10/d788709971/htdocs/job/lapluma.net/wp-content/plugins/wpglobus/includes/class-wpglobus-redirect.php on line 37
Le conflit en Ukraine, expression du changement d’époque

Le conflit en Ukraine, expression du changement d’époque

Encore une fois, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, la Russie a assumé la responsabilité principale de ce fait, une fois de plus, le peuple russe – sur les champs de bataille – sacrifie la vie de ses meilleurs hommes et femmes pour sauver l’humanité du fascisme, du nazisme et de l’expansion impérialiste.

Au cours de ma récente visite en Argentine et en Uruguay, les institutions qui ont parrainé mon voyage ont organisé une tournée au cours de laquelle nous avons présenté 14 fois le livre « L’OTAN contre le monde » que nous avons écrit avec Jorge Elbaum. Sept rencontres et conférences ont également été organisées sur le sujet. Dans un grand nombre d’entre elles, les participants ont souvent demandé la raison pour laquelle le livre a le sous-titre que j’utilise maintenant pour cet article : « Le conflit en Ukraine en tant qu’expression du changement d’époque », et ont demandé qu’il soit abondant sur le sujet.

1º edición
Páginas: 160
Tamaño: 16 x 23 cm.
Precio: AR$2400.00.- / U$S15.00.
Comprar libro (papel/ebook)

Précisément, pour Jorge et pour moi, il a été prioritaire de préciser dans le livre pourquoi nous étions arrivés à la conclusion qu’au-delà des résultats obtenus par le déroulement guerrier du conflit, en réalité le plus important était que la principale conséquence de celui-ci était la confirmation du début de ce changement d’époque dont parlait l’ancien président équatorien Rafael Correa il y a quelques années.

De la même manière, nous avons supposé que cette conséquence était celle qui donnait un caractère global à la confrontation, puisque ses séquelles allaient avoir un impact sur toute la planète. Ainsi, le clash était bien plus qu’un affrontement de l’Ukraine avec la Russie et même des USA et de l’OTAN avec la Russie.

En ce sens, à la différence de la Seconde Guerre mondiale où les USA attendirent jusqu’au bout une débâcle de l’Union soviétique face à l’armée nazie avant de faire irruption à la mi-1944 alors que l’issue finale du conflit après la victoire soviétique à Stalingrad en février 1943 était indiscutable et catégorique, le « nouveau débarquement de Normandie » exprimé en soutien au coup d’État en Ukraine en 2014 a été le détonateur d’une guerre d’expansion qui dure déjà depuis 8 ans.

Au cours de cette période, les USA ont non seulement soutenu l’extermination de la population russophone de l’est de l’Ukraine, mais ont également coopéré au démantèlement des forces armées de ce pays pour en faire un organe d’exécution sous mandat des organisations nazies qui, avec l’appui du gouvernement de ce pays, ont commencé à « otaniser » cette composante armée pour en faire un bélier de l’expansion de l’OTAN, structure militaire terroriste qui menace toute l’humanité.

La réponse obligatoire de la Russie pour la sauvegarde de l’intégrité physique des habitants des territoires opprimés a en outre ajouté comme objectifs la dénazification et la démilitarisation de l’Ukraine, reprenant ainsi les objectifs convenus par les puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale à l’égard de l’Allemagne, lorsqu’elles se sont réunies dans la ville allemande de Potsdam entre le 17 juillet et le 2 août 1945.

À la fin de la rencontre, le président usaméricain s’est empressé de retourner à Washington pour – seulement quelques jours plus tard – ordonner le lancement de bombes atomiques sur les villes inoffensives d’Hiroshima et Nagasaki alors que le Japon s’était déjà rendu. De cette façon, il a subordonné – par le fait le plus horrible de l’histoire de l’humanité – l’empire japonais défait et désarmé, qui est resté jusqu’à ce jour couplé au dispositif militaire et politique des USA.

Avec l’Europe, les USA ont été plus subtils : ils ont eu recours à l’achat des volontés des élites européennes en créant pour cela le soi-disant Plan Marshall, instrument plus susceptible que la bombe atomique d’être divulgué par Hollywood comme expression des « valeurs coopératives » usaméricaines. Mais le but était le même, de sorte que l’Europe est devenue un outil utile de la volonté de Washington de dominer le monde.

Le système qui a commencé à être mis en place après la défaite nazie à Stalingrad, et qui a été convenu lors des conférences au sommet de Téhéran (1943), Yalta (URSS) et Potsdam (1945) a eu le sceau de l’empreinte usaméricaine à partir d’Hiroshima et Nagasaki. L’architecture financière du monde de l’après-guerre a été convenue à Dumbarton Oaks, aux USA, à l’été 1944, tandis que le système politique a vu le jour à San Francisco, également aux USA, en octobre 1945.

C’est le monde qui s’effondre maintenant parce qu’il n’a pas été en mesure de garantir la paix, l’équité et la justice pour tous les peuples de la planète. Au contraire, il a été incapable d’empêcher qu’il y ait encore 2,8 milliards de pauvres, soit 35 % de la population mondiale, alors que 2,2 milliards de citoyens (27,8 %) n’ont pas accès à l’eau et 1,8 milliard (22,7 %) n’ont pas de logement. Tout cela dans un monde qui dépense chaque année 2,11 billions de dollars en armes, dont 46,4% par les USA.

Ces ressources seraient suffisantes pour résoudre ces trois fléaux existentiels de l’humanité (manque de nourriture, d’eau et de logement) qui ont pourtant été consacrés comme droits dans la Charte de l’ONU. Il n’a même pas été possible de coordonner les efforts pour combattre la pandémie de Covid19, un ennemi unifié qui a affecté et attaqué toute l’humanité. Les intérêts capitalistes de profit, de gain et de richesse priment comme valeur absolue, même supérieure à la sauvegarde de la vie humaine elle-même. Un tel système ne devrait plus exister, il devrait être abrogé et dépassé.

Depuis cinq siècles, l’océan Atlantique et en particulier l’Europe a été l’espace où la puissance mondiale s’est concentrée. L’émergence des USA en tant que puissance à vocation impérialiste à la fin du XIXe siècle a commencé à redimensionner cette domination. Sur les deux rives de l’Atlantique Nord, le lieu de prise de décisions a été établi. Cela s’est définitivement constitué après l’achat de l’Europe par les USA comme cela a été dit précédemment.

Mais à la différence des domaines politique et économique dans lesquels il semblait y avoir un consensus dans l’après-guerre, dans le domaine militaire et de la sécurité, il n’y en a pas eu ce pourquoi les USA ont créé l’Organisation de l’Atlantique Nord (OTAN) en 1949 qui signifiait l’occupation militaire de l’Europe par des moyens pacifiques et l’obligation pour les pays du Vieux Continent de payer Washington pour que ce soit lui qui donne la sécurité. En fait, l’Europe est devenue un continent occupé par les forces armées usaméricaines. Il en est ainsi à ce jour.

Mais après la disparition de l’Union soviétique, les USA – et son instrument l’OTAN – n’ont pas arrêté leurs impérialismes de domination mondiale et ont commencé à s’étendre d’abord à l’Europe de l’Est et plus récemment à l’Asie-Pacifique et à l’Amérique latine en utilisant le territoire colombien, après la débâcle qui a signifié pour Washington la fin du contrôle de la zone du canal de Panama et le démantèlement du Commandement Sud dans cette zone conformément aux accords Torrijos-Carter qui l’ont obligé à retirer ses soldats de l’isthme au plus tard le 31 décembre 1999.

Ce processus d’expansion, de contrôle et de domination mondiale qui, sans le contrepoids de l’existence de l’Union soviétique, s’est poursuivi sans relâche au cours des trois dernières décennies, a atteint un point culminant lorsque l’Occident a directement menacé la sécurité de la Russie, une autre puissance nucléaire qui ne pouvait pas permettre que l’établissement de l’OTAN à ses frontières,  la transformation de l’Ukraine – dirigée par un gouvernement nazi sioniste – en un outil tranchant de cette politique et l’intention d’installer des armes atomiques sur ce territoire mettent en péril son intégrité et sa souveraineté. Pour accomplir la tâche confiée par Washington, le gouvernement ukrainien s’est attaché à exterminer la population russe parlant qui habitait les territoires limitrophes de la Russie et qui a rejeté le coup d’État de 2014 en déclenchant une guerre de résistance en faveur de sa survie sans que l’Europe, l’ONU ou le « système international » ne manifestent aucun rejet de ce qui était évidemment un génocide.

L’inévitable réponse de la Russie le 24 février de cette année a fini de façonner la dynamique générée par les événements survenus à partir de 2014, lorsque l’OTAN a commencé à créer les conditions d’une guerre contre la Russie. En guise de représailles, l’Occident a accepté huit séries de sanctions, bien que dès les premières, elles aient eu des répercussions pires pour les sanctionneurs que pour les sanctionnés.

C’est dans ce contexte que se dessine la nouvelle époque et le nouveau monde dont nous parlons. Tout d’abord, la principale sphère de pouvoir mondiale cesse d’être l’Atlantique Nord pour commencer à s’établir dans le grand espace terrestre eurasien dans lequel les USA n’ont aucune ingérence. Il l’a tenté en 2001 en envahissant militairement l’Afghanistan avec le subterfuge de la « guerre contre le terrorisme » mais après 20 ans d’occupation de ce pays, il a été contraint de fuir vaincu de manière honteuse, comme au Vietnam 46 ans auparavant. Plus récemment, ils ont tenté un coup d’État au Kazakhstan en avril de cette année et ont échoué de la même manière que lorsqu’ils ont recouru au même expédient en janvier 2021 au Kirghizistan. Maintenant, il recourt à l’exacerbation des conflits entre pays ayant appartenu à l’Union soviétique qui ne se sont pas souciés de délimiter avec précision leurs limites quand ils faisaient partie du grand État eurasien.

Malgré cela, l’Eurasie progresse dans la construction d’instruments de coopération et d’intégration sans ingérence américaine et en utilisant des formes et des méthodes qui ne prétendent pas à l’asservissement et au sous-développement tout en garantissant la paix à partir du respect de l’autodétermination et de la souveraineté. L’instrument phare a été la Route et la Ceinture de la Soie, mais aussi l’Union économique eurasienne (UEE), le Forum économique de l’Est, le Couloir international des transports Nord-Sud (INSTC) sur le plan économique, ainsi que l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) dans le domaine de la sécurité, et la Communauté d’États indépendants (CEI) sur le plan politique. Les USA ne sont présents dans aucune d’entre elles, tandis que la plus vaste de toutes, la Route de la soie, est déjà composée de près de 100 pays de tous les continents.

Dans un contexte plus large, les BRICS (qui ont déjà un PIB supérieur à celui du G7, le conglomérat qui regroupe les 7 plus grandes économies capitalistes) ont reçu des manifestations de la volonté de 11 pays d’adhérer, dont plusieurs alliés forts des USA, dont la Turquie, pays membre de l’OTAN. En ce sens, les USA n’ont même pas pu obtenir une résolution de rejet de l’opération militaire russe en Ukraine lors de la réunion ministérielle du G20 tenue à Bali, en Indonésie, en juillet dernier, qui s’est conclue sans déclaration finale comme expression de la division existante au sein de cette organisation quasiment contrôlée par les USA dans le passé.

Par ailleurs, plusieurs nations alliées des USA, dont certaines avec un poids politique et/ou économique important au niveau mondial comme le Brésil, l’Egypte, l’Indonésie, l’Arabie Saoudite, la Turquie, la Malaisie, le Qatar, les Émirats Arabes Unis et le Mexique, entre autres, ont refusé de se conformer à la politique de sanctions de l’Occident contre la Russie.

Peut-être, en tant que nouvelle pertinente de dernière minute exprimant ce changement d’époque, pourrait-on dire que la Russie et l’Arabie saoudite sont parvenues à un accord pour contrebalancer la limite des prix du pétrole décidée par l’Union européenne (UE) à la suite de laquelle l’OPEP+ réduira la production de 2 millions de barils par jour pour augmenter le prix et ainsi compenser ce plafonnement des prix décrété par l’UE dans le cadre de son huitième paquet de sanctions contre la Russie pour son opération militaire en Ukraine. Comme preuve de l’incapacité de Washington à continuer à jeter les bases du fonctionnement de la planète, il est nécessaire de citer la déclaration du gouvernement des USA en réponse au fait susmentionné : « Le président [Biden] est déçu par la décision à courte vue [sic] de l’OPEP+ de réduire ses quotas de production alors que l’économie mondiale est aux prises avec l’impact négatif continu de l’invasion de l’Ukraine par Poutine. »

Pas besoin de paroles, alors que Biden est déçu et que les peuples d’Europe souffrent des conséquences des sanctions que leurs gouvernements ont appliquées à la Russie, le monde avance vers une nouvelle configuration. Encore une fois, comme lors de la Seconde Guerre mondiale, la Russie a assumé la responsabilité principale de ce fait, une fois de plus, le peuple russe – sur les champs de bataille – sacrifie la vie de ses meilleurs hommes et femmes pour sauver l’humanité du fascisme, du nazisme et de l’expansion impérialiste.

Sergio Rodríguez Gelfentein

Original: El conflicto en Ucrania como expresión del cambio de época

Traduit par Fausto Giudice

Edité par María Piedad Ossaba

Source: Tlaxcala, le 6 octobre 2022

Traductions disponibles: English