Chili : qui sont les lâches qui tuent des gens désarmés

Trois initiatives populaires de ce type ont déjà été soumises à la Convention constitutionnelle.

Comme dans une bagarre d’ivrognes, le général Cuellar défie ses « adversaires » : « Sale pa’ juera poh, sale pa’ juera » [« Sors un peu dehors, sors un peu »]. Pa’ juera, c’est-à-dire là où il a quatre amis qui l’attendent. Ce comportement d’un général de la République – un briscard en territoire occupé – est affligeant et lamentable. Le haut du gratin n’est pas très différent des loubards de quartier. Une note du journaliste Alejandro Kirk.

Le défi de malfrat déjà célèbre formulé par le général chilien Luis Felipe Cuellar, chef militaire de l’état d’urgence au Wallmapu (Araucanie), aux groupes armés présumés opérant dans la région s’est avéré être une balle dans le pied : « …ici il y a des gens lâches qui tuent des civils non armés. Pourquoi ne nous affrontent-ils pas, nous ? », selon les termes de son invitation.

L’incitation à l’affrontement – et l’annonce que l’armée allait tuer des gens – a été massivement condamnée, y compris par l’Institut national des droits de l’homme (INDH), dont le directeur, Sergio Micco, ne se caractérise pas par son assertivité sur le sujet. Au contraire, l’offre d’échanger des tirs avec une force infiniment inférieure, est venue renforcer les initiatives normatives pour que dans la nouvelle Constitution, en cours d’élaboration, la nature et le caractère des forces armées, de l’ordre et de sécurité soient profondément transformés, car celles-ci démontrent à chaque occasion qu’elles ne se sont pas dissociées de la Doctrine de la sécurité nationale.

Trois initiatives populaires de ce type ont déjà été soumises à la Convention constitutionnelle.

La bravacherie de Cuellar répond à une longue tradition de l’armée chilienne, dont le plafond de verre (ou le cadavre dans le placard) sur le sujet ne semble pas avoir été compris par les héritiers du dictateur Augusto Pinochet : si quelque chose a caractérisé ce corps armé dans son histoire, c’est d’avoir réprimé, enlevé, torturé, assassiné et fait joyeusement disparaître des milliers de ses propres concitoyens civils… toujours désarmés.

Il en a été autrement lorsque les opposants étaient armés et entraînés.

Les témoignages des participants à la tentative d’assassinat de Pinochet en 1986 s’accordent à dire que la garde militaire personnelle du dictateur n’a opposé aucune résistance. Ils ont fui en panique au premier tir, se sont cachés sous des véhicules ou se sont même jetés dans un ravin, comme l’ont montré les reconstitutions judiciaires. Si Pinochet n’est pas tombé ce jour-là, c’est autant dû à la défaillance des armes des assaillants qu’à la qualité du blindage de la voiture et à l’habileté du conducteur.

Un gazouillis du Centre des Généraux de l’Armée de terre, qui regroupe des généraux en retraite

« Le Centre des Généraux de l’Armée de terre soutient la déclaration honnête et militaire[sic] du Général Luis Felipe Cuellar. De par sa responsabilité de commandement, il a le droit d’exprimer sa conviction et mise en garde face aux lâches assassinats. Ici, le « politiquement correct » n’a pas lieu d’être ». À bon entendeur, salut ! Rompez !

Alejandro Kirk

Original: Chile: Quiénes son los cobardes que matan gente desarmada

Traduit par Fausto Giudice

Source: Tlaxcala, le 21 janvier 2022