Le procès pour l’extradition d’Assange : une parodie de justice

Es una lástima que primero el sistema judicial sueco y luego el británico se hayan dejado convertir en secuaces en un enjuiciamiento fundamentalmente injusto de un periodista que ha sacado a la luz más crímenes que cualquier otra persona viva.

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20

Aujourd’hui 7 septembre a commencé, à Londres, le procès-spectacle sur l’extradition du rédacteur en chef de Wikileaks, Julian Assange, vers les États-Unis. Les procureurs américains affirment que la publication par Assange de preuves de crimes de guerre américains a violé la loi américaine sur l’espionnage.

Je ne comprends pas pourquoi un éditeur australien, qui travaillait en Europe, et qui a manifestement publié des preuves véridiques de crimes de guerre devrait être reconnu coupable en vertu d’une loi politique américaine.

Le procès devant le tribunal britannique est théoriquement public. Mais l’accès à celui-ci a été sévèrement restreint :

La galerie publique pouvant accueillir 80 personnes a été réduite à 9 « en raison de la Covid ». 5 sièges sont réservés à la famille et aux amis de Julian, et j’ai droit à un aujourd’hui, mais pas de garantie au-delà. Il n’y a que 4 sièges pour le grand public.

Les journalistes et les ONG suivront l’audience en ligne, mais uniquement les journalistes et les ONG « approuvés », sélectionnés par le ministère de la justice d’Orwell. Hier soir, j’ai dîné avec des partisans d’Assange de plusieurs ONG enregistrées, dont aucune n’avait été « approuvée ». J’avais posé ma candidature en tant que représentant de Hope Over Fear, et ma candidature a été rejetée. C’est la même histoire pour ceux qui ont demandé un accès en ligne en tant que journalistes. Seules les ONG officiellement « approuvées » seront autorisées à regarder le procès.

C’était censé être une audience publique, pour laquelle, en temps normal, n’importe qui peut s’asseoir dans la grande galerie, et toute personne munie d’une carte de presse dans la galerie réservée à la presse. Quelle est la justification d’une telle sélection politique des personnes autorisées à assister à l’audience ? Un système en ligne spécial a été mis en place, et l’État à favorisé des observateurs qui disposent de « salles » en ligne que seule la personne identifiée sera autorisée à utiliser. Même dans le cas d’organisations agréées, elles ne disposeront pas d’un login que tout le monde peut utiliser, même pas un par un. Seules des personnes spécifiquement désignées pourront se connecter avant le début de la procédure, et si leur connexion est interrompue à un moment quelconque, elles ne seront pas réadmises de la journée.

Une quarantaine d’ONG, dont Amnesty International, avaient été informées qu’elles auraient un accès à distance au procès, mais aujourd’hui le juge a révoqué cet accès sans donner de raison.

Avec seulement quelques journalistes sélectionnés et conformes au système, le public aura une image très biaisée de l’affaire et du procès :

Lire la suite

What do you want to do ?

New mailMoon of AlabamaOriginal: U.S. war on journalism – Assange fights extradition In British court

Traductions disponibles : Español
Source: Tlaxcala, le 10 septembre 2020