Chili : un manuel scolaire demandant aux élèves d’indiquer les aspects « positifs » de la dictature de Pinochet suscite une indignation générale

« À la fin de la dictature, Pinochet remet le pays avec plus de 40% de la population en situation d’extrême pauvreté (…) c’était une dictature qui violait également les droits sociaux et économiques du peuple chilien »

Redes Sociales:
8
Politika

« Qu’y a-t-il de positif dans une dictature ? » : c’est probablement la première question qui est venue à l’esprit de beaucoup de gens lorsqu’ils ont pris connaissance du texte scolaire pour la sixième année de l’école primaire des éditions Aptus qui invite les élèves à réfléchir sur le régime dirigé par Augusto Pinochet, en indiquant les aspects  » positifs  » et  » négatifs  » de cette période.

« Tout processus historique peut être évalué de différentes manières « , peut-on lire à la page 44 du Cahier de travail de l’élève, Histoire, géographie et sciences sociales, qui a commencé à circuler ce jeudi après-midi et qui a provoqué un rejet massif de la relativisation et du négationnisme implicites dans l’exercice proposé aux étudiants.

« Comme tu sais, tout processus historique peut être évalué de diverses manières. Ci-dessous, nous te demandons d’évaluer la période de la Dictature Militaire, en soulignant ce qui te paraît positif et ce qui te paraît négatif »

L’intention de relativiser les horreurs de la dictature civico-militaire a été une constante de la droite chilienne, qui n’a cessé de citer avec insistance une prétendue prospérité économique comme l’aspect « positif » censé avoir caractérisé cette période.

Il n’y a pas si longtemps, le maire de Las Condes, Joaquín Lavín (UDI), un pinochetiste connu, a rappelé cet argument dans l’émission matinale Bienvenidos de Canal 13, s’attirant une réponse implacable du journaliste et historien espagnol Mario Amorós, auteur du livre Pinochet, biografía política y militar :  « À la fin de la dictature, Pinochet remet le pays avec plus de 40% de la population en situation d’extrême pauvreté (…) La faim était réelle au Chili. L’Église catholique a dû ouvrir des soupes populaires ; c’était une dictature qui violait également les droits sociaux et économiques du peuple chilien », a déclaré le chercheur.

Original: Chile: repudio masivo a texto escolar que invita a destacar lo “positivo” de la dictadura

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source: Tlaxcala, le 13 octobre 2019