En Israël, la seule droite est l’extrême droite

L’extrême droite n’a pas besoin de toutes ces distractions. Tous les autres en ont besoin. Et c’est la seule différence entre les deux côtés, si petite qu’il est difficile de dire lequel est préférable.

Redes Sociales:
8

Il n’y a pas de droite non extrémiste en Israël. Il est impossible qu’il y ait une droite non extrémiste en Israël. Quand l’occupation est ce qui définit les contours – moralité, droit, justice, démocratie, égalité – ainsi que l’image internationale d’Israël, il ne peut y avoir de droite modérée. Il n’y a qu’une droite extrémiste ou une gauche authentique. Il n’y a pas de juste milieu. Il y a du noir ou du blanc, il n’y a pas de gris.

 Itamar Ben-Gvir d’Otzma Yehudit [Force Juive] s’adresse aux journalistes, 1er août 2019 Photo Olivier Fitoussi

Quiconque soutient la perpétuation de l’occupation est à l’extrême droite. Personne n’est plus à droite ; quoi de plus extrême que de soutenir une dictature militaire cruelle qui, pendant des décennies, a brutalisé des membres d’une autre nation et les a privés de leurs droits ? Quoi de plus raciste que de soutenir des systèmes distincts de droits et de valeurs pour deux peuples ? Et quoi de plus ultranationaliste que de croire que l’un de ces peuples est supérieur à l’autre ?

Seule une personne qui rejette tout cela et qui est prête à faire presque n’importe quoi pour mettre fin immédiatement à cette situation est de gauche. Tous les autres se trompent eux-mêmes et trompent les autres dans un effort hypocrite pour se sentir mieux.

Après 52 ans, il ne reste aucun sédatif. La mascarade selon laquelle l’occupation est temporaire a pris fin, et avec elle la possibilité d’être un libéral tout en soutenant l’occupation. Il n’y a pas de partisans éclairés de l’occupation. Il n’y a pas d’approche modérée de l’occupation perpétuelle.

On peut être choqué par les kahanistes, dégoûté par Otzma Yehudit et désirer sa défaite, mais la vérité est, sauf pour leur style brutal et laid, qu’il n’y a pas grande différence entre eux et la plupart des partis. La droite israélienne a de larges frontières et comprend tous les partisans de l’occupation, actifs et passifs, enthousiastes ou apathiques, bref, la grande majorité des Israéliens

Mercredi, le hasard a amené Benjamin Netanyahu et Benny Gantz en Cisjordanie. Ce matin-là, le premier ministre a rencontré des colons d’Efrat et leur a promis : « Aucune communauté et aucun résident ne sera jamais déraciné. »

Un peu plus tard, à quelques encablures de là, son prétendu principal rival de campagne déclarait : « La vallée du Jourdain restera sous contrôle israélien pour toujours. » Cherchez donc la différence. Il n’y en a pas. Il n’y a pas de fin à l’occupation avec Efrat et il n’y a pas de fin à l’occupation avec la vallée du Jourdain. Il n’y a pas de solution à deux États sans un retrait aux frontières de 1967, ce qui signifie qu’environ la moitié des habitants de ce pays en recevra environ un cinquième – sans un seul colonie, ni dans une vallée ni sur une montagne.

Il n’y a pas de différence entre Gantz, qui reste seulement dans la vallée du Jourdain, et Netanyahu, qui reste à Efrat. Ni l’un ni l’autre ne souhaite la fin de l’occupation, ni ne croit en une solution à deux États, ni, bien sûr, en un seul État démocratique. Pour cette raison, Gantz n’est pas le moindre de deux maux, c’est un mal, tout autant que Netanyahou.

Certes, les électeurs de Gantz se considèrent plus éclairés et plus humains que les partisans de Netanyahou, mais ils ne le sont pas. Ils sont simplement plus éloquents. Les seules différences portent sur des questions secondaires.

Lorsque Bezalel Smotrich [chef de Tkuma, Résurrection, parti ultra-orthodoxe fascisant, NdT] a déclaré la semaine dernière que les délinquants juifs et palestiniens ne sont pas égaux devant la loi – « Il n’y a aucune comparaison entre un frère et un ennemi » – une tempête a éclaté. Le ciel nous en préserve, ont crié libéraux, c’est de l’apartheid.

Mais Smotrich le « raciste » (contrairement à tous les autres) a simplement décrit une situation qui existe depuis des décennies sous des gouvernements de droite modérée, du centre et de la gauche – sous le contrôle de l’armée, du service de sécurité du Shin Bet et des systèmes judiciaires, les héros de la nation – et à laquelle ne s’oppose qu’une petite poignée de véritables personnes de gauche. Smotrich dit ce que la plupart des Israéliens pensent, qu’ils le soutiennent, qu’ils soient indifférents ou aveugles à son égard.

Après tout, nous ne sommes pas comme ces gens. Nous avons donc créé un modèle conceptuel pour dissimuler la laideur. Il y a des règlements légaux et il y a des avant-postes illégaux ; si nous enlevons seulement les avant-postes, nous serons justes. Il y a la terreur palestinienne – sans raison, sans contexte et sans justification, et c’est pourquoi nous ne pouvons pas mettre fin à l’occupation maintenant. Peut-être une autre fois. Il y a le droit au retour des réfugiés palestiniens, qui est de l’antisémitisme, c’est pourquoi il n’y a pas de partenaire pour les pourparlers de paix et il n’y a rien à discuter.

L’extrême droite n’a pas besoin de toutes ces distractions. Tous les autres en ont besoin. Et c’est la seule différence entre les deux côtés, si petite qu’il est difficile de dire lequel est préférable.

Gideon Levy

Original: In Israel the only right Is the far right

Traduit par   Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source: Tlaxcala, le 4 août 2019

Traductions disponibles: Deutsch  Português/Galego  Españo