La Colombie fait face à l’exhumation de 200 000 corps non identifiés

L’Institut de médecine légale dit que les enquêtes de justice détermineront les cas d’exécutions extrajudiciaires

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20
Francesco Manetto

La vie quotidienne de la Colombie est au bord de la confrontation avec son passé récent. Ces années, les blessures de plus d’un demi-siècle de conflit armé, sont périodiquement revécues, comme ce fut le cas samedi lorsqu’un charnier a été découvert dans la municipalité de Dabeiba, entre Medellín et la côte caraïbe. Là, la Juridiction spéciale pour la paix (JEP), tribunal né des accords entre l’État et les FARC pour enquêter sur les crimes les plus graves de la guerre, recherche les corps d’au moins 50 personnes qui ont été victimes d’exécutions extrajudiciaires perpétrées par les militaires entre 2005 et 2007. L’Institut de médecine légale a jusqu’à présent reçu des informations sur 17 cas. Mais l’ampleur du drame des disparitions va au-delà de cela. Selon les estimations de cet organisme public, le pays est confronté à l’exhumation d’environ 200 000 corps non identifiés.

Assistance des USA et exécutions extrajudiciaIres par brigade de l’armée

Ce sont les chiffres vertigineux mis en évidence ce mardi par Claudia García, directrice de l’institut médico-légal. « Ces dernières années, nous avons prospecté tous les cimetières légaux, disons, et les enterrements qui ne sont pas légaux dans ces tombes clandestines, et nous pensons que le défi auquel nous sommes confrontés est de plus ou moins 200 000 corps, où nous devons rechercher les disparus du pays », a-t-elle déclaré sur Caracol Radio. «  Le défi est très grand et nous aurons du travail pendant de nombreuses années d’un point de vue scientifique », a poursuivi García, qui a souligné l’importance de l’implication du gouvernement dans la réalisation de cette tâche.

Les disparitions systématiques incarnent encore aujourd’hui le souvenir le plus vif du conflit et touchent des milliers de familles. C’est pourquoi le travail d’institutions telles que la Juridiction de paix ou l’Unité de recherche est essentiel pour tenter de clore le deuil. Les exécutions extrajudiciaires, appelées à tort faux positifs, ne représentent qu’un pourcentage de ces cas. Selon la responsable de la médecine légale, ce seront les enquêtes de la justice qui établiront si des civils ont été tués par les militaires puis présentés comme des guérilleros tués au combat en échange de prix et d’indemnités. Parmi les estimations des milliers de victimes de cette pratique, les données officielles fournies par le Bureau du Procureur indiquent qu’entre 1998 et 2014, il y a eu plus de 2 200 exécutions de ce type. La très grande majorité de ces événements se sont produits pendant les deux mandats de l’ancien président Álvaro Uribe.

Pour l’instant, l’institut médico-légal se concentre sur la fosse trouvée dans le cimetière catholique Las Mercedes de Dabeiba, dans le département d’Antioquia. D’abord, avec les autopsies des corps exhumés. Ensuite, il commencera à recouper les données avec les informations des parents des personnes disparues pour comparer les profils génétiques.  « Nous allons travailler sans interruption et nous allons avoir les premières avancées, et non pas finir le travail parce qu’il est complexe, dès la troisième semaine de janvier », a déclaré García.

Le spectre des crimes passés commis par les forces armées a de nouveau secoué la Colombie cette année et est devenu, pour la première fois depuis la signature de l’accord de paix et le début de la démobilisation des FARC, une question centrale dans le débat politique. La succession de dénonciations – depuis une directive, aujourd’hui retirée, qui a ouvert la porte à un système d’incitations pour améliorer les statistiques dans l’armée, jusqu’à des accusations contre le commandant des forces terrestres, et à la dissimulation de la mort de mineurs dans un bombardement contre des dissidents de l’ancienne guérilla – a coûté son poste au ministre de la Défense, Guillermo Botero, il y a un mois et demi. Son successeur, l’ancien ministre des Affaires étrangères Carlos Holmes Trujillo, a demandé la protection des anciens militaires qui ont collaboré avec le JEP et dont le témoignage a été décisif dans la localisation de ce charnier. Et la vice-présidente, Marta Lucía Ramírez, a exigé que le tribunal mène l’enquête « jusqu’à ses ultimes conséquences » .

La chambre de cette juridiction spéciale chargée de l’enquête a déclaré que « selon les premiers indices, il s’agit d’hommes âgés de 15 à 56 ans, vivant à Medellín et comprenant des personnes handicapées ». Depuis le début des procédures en juin dernier, le juge a entendu 160 témoignages d’agents en uniforme qui sont venus déposer volontairement pour aider à faire la lumière sur ce qui s’est passé. Grâce à leurs témoignages, près de 400 victimes d’exécutions extrajudiciaires ont été confirmées.

Francesco Manetto

Original: Colombia se enfrenta a la exhumación de 200.000 cuerpos sin identificar

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source: Tlaxcala, le 23 décembre 2019