Moratoire de la dette et inflation stratosphérique : le patatras libéral de Macri en Argentine

… le clan Macri s’est approprié une grande partie des 57 milliards, comme, dans le passé, le firent les divers Menem, Galtieri, Viola, Videla, Ongania, Lanusse, sans oublier El Brujo (Le Sorcier), c’est-à-dire José Lopez Rega…

Redes Sociales:
8

Le 23 août, à deux mois à peine de l’ élection présidentielle, le ministre des Finances argentin, Hernan Lacunza, et le président de la Banque Centrale, Guido Sandleris, communiquaient au FMI et aux banques créditrices que le président Macri demandait un moratoire, annulant tous les paiements fixés pour les six prochains mois. À la suite de quoi, tout l’édifice politique du libéralisme a commencé à se fissurer lorsque l’IPC (Indice des Prix pour les Consommateurs) a révélé que, dans les 12 derniers mois, l’inflation avait atteint 54,4 % !

« Moi, je n’aime pas mon inflation. Et vous ? »-Quino, 1971

En conséquence, le Patatras libéral du président Mauricio Macri s’est produit le 25 septembre, lorsque l’INDEC (Institut National des Statistiques et recensements) a déclaré qu’au cours des quatre ans de gouvernement néo-libéral – c’est-à-dire du 10 décembre 2015 au 15 septembre 2019 -, l’inflation avait toujours été hors de contrôle, totalisant dans ces quatre années un effrayant taux de croissance de 230 %, soit une inflation annuelle moyenne de 37 % !

Cette révélation a sidéré la plus grande partie des Argentins, qui viennent seulement de découvrir que le “merveilleux programme économique libéral du gouvernement Macri, loué par Trump et par les gros bonnets de Wall Street”, s’est en fait révélé être “una trampa” [une escroquerie], c’est-à-dire un programme de faillite, qui a fait monter de façon disproportionnée le désinvestissement, le chômage et surtout l’inflation. En effet, bien des aspects de la crise économique argentine ont provoqué une baisse rapide de la qualité de vie et, surtout, ont fait régresser l’efficacité des services publics, ramenant l’Argentine en arrière dans le temps. C’est pourquoi la gestion négative de la politique sociale par le gouvernement Macri et l’incapacité à corriger les effets de la crise économique ont rendu de plus en plus évident ce qu’on a appelé le “Patatras Liberal”. Cette situation s’oppose diamétralement à celle du gouvernement de Cristina Fernández Kirchner qui, selon l’INDEC et la Banque Mondiale, avait, en 2015, connu un taux de chômage très bas (4,4 %) et une inflation de l’ordre de 20 %.

-D’après le FMI, l’économie argentine va chuter en 2019 !
-C’est un prognostic ou un ordre ?

Il est évident que la déclaration de moratoire sur le paiement des intérêts de la dette, l’explosion de l’inflation et les très mauvaises conditions de vie des travailleurs et d’une grande partie de la classe moyenne auraient dû mettre fin au rêve électoral de Mauricio Macri. J’ai employé le conditionnel “auraient dû” parce que l’histoire électorale argentine, si contradictoire, peut nous réserver quelque amère surprise, comme c’est arrivé en 2015, lorsque Sergio Massa – allié important du Frente de Todos [Front de Tous] – , abandonna la coalition mise sur pied par Cristina Fernández Kirchner pour entrer en lice en tant qu’indépendant. Cette décision fut déterminante pour la victoire de Macri.

La deuxième surprise peut venir de la tournure que prendra le comportement des principaux secteurs de la classe moyenne, totalement dépolitisés et toujours prêts à suivre les mots d’ordre des médias. En particulier, l’importante classe moyenne de la capitale Buenos Aires, toujours disposée à accepter les manipulations du groupe Clarin (journaux, revues, radios et TV-Canal Treize) et celles des deux télévisions concurrentes, Telefe de la multinationale Viacom et Time-Warner du groupe usaméricain Turner-HBO. En effet, malgré la dramatique situation économique et sociale, la plus grande partie des médias continue à justifier l’action de Macri et de son gouvernement et, très logiquement, à reproposer aux électeurs les concepts contradictoires de l’économie néo-libérale et la relation de dépendance à l’égard des USA. Lors du premier tour de l’ élection présidentielle, une grande partie de la classe moyenne a malheureusement écouté “la voix de son maïtre”, votant pour Mauricio Macri qui a ainsi obtenu 32,5 % des suffrages.

Ce résultat rouvre le débat sur la complexité politique de la société argentine et sur les positions des divers secteurs de la classe moyenne. En effet, dans ces quatre dernières années, les projets maladroits de réforme économique et monétaire du ministre Hernán Lacunza ont notablement fait souffrir la classe moyenne, qui a pourtant continué à s’accrocher à l’obtuse position idéologique de l’anti-péronisme historique, seulement parce que le Frente de Todos de Cristina Fernández Kirchner est très lié aux travailleurs et aux syndicats, constituant un nouveau centre-gauche argentin, progressiste et disposé à dialoguer avec la gauche. Les médias exploitent délibérément ces éléments, pour promouvoir et nourrir une véritable “haine de classe”, qui a connu ces dernières années une remarquable croissance non seulement en Argentine, mais aussi au Brésil et au Venezuela.

-L’automne commence, Manolito, si poétique, si gris…
-…Si semblable à une dévaluation !

Les divers pourquoi du “Patatras

Aujourd’hui, les critiques du programme économique du gouvernement Macri qui ne sont pas liés à l’opposition péroniste ou à la gauche, estiment que les erreurs commises par Macri et son gouvernement ne seraient pas des erreurs politiques, mais bien des erreurs techniques dans le domaine financier, imputables à ces ministres qui furent par la suite remplacés en 2018. Cette justification est devenue le cheval de bataille de Clarin, de Canal Trece et de Telefe, ce à quoi l’opposition répond en rappelant que Macri avait fait rêver les électeurs en promettant de faire baisser l’inflation de 20 % à 8 % et, même, d’éradiquer la pauvreté !

Cependant, le principal élément du “Patatras Politique” de Macri, ont été, aux mois de juin et juillet, les continuelles hausses de prix de tous les produits alimentaires, surtout les plus populaires, comme le lait, les légumes, le pain, etc. Au mois d’août, ces produits totalisaient des augmentations de 58,6 %. Aussi, le 11 août, lors de la primaire de l’ élection présidentielle, le péroniste Alberto Fernández , candidat de la coalition Frente de Todos, l’a emporté avec 47,66 %.

La victoire d’Alberto Fernández , et donc le retour de Cristina Fernández Kirchner à la Casa Rosada [Maison Rose] en qualité de vice-présidente, ont rendu folle de rage la “race patronale” qui, lors de ces primaires, a été battue au niveau national, ce qui laisse présager que l’élection de plusieurs gouverneurs et de nombreux députés sera compromise. Toutefois, la victoire du Frente de Todos est surtout significative dans de District Autonome de la capitale Buenos Aires, qui a été pendant des années gouverné par Macri, constituant la formule gagnante du programme néolibéral.

Il faut souligner que l’image politique du président Macri et sa crédibilité se sont dégradées lorsqu’il a demandé le moratoire annonçant le “non-paiement” pendant les six prochains mois. Pour les Argentins, riches et pauvres, ce moratoire rappelait les dramatiques mois de 2001, lorsqu’on entrevoyait avec clarté les premiers signes du default imminent, c’est-à-dire la banqueroute. Ce contexte a fait exploser, en septembre, le taux de change parallèle du dollar et, par conséquent, son “envoi” dans les banques off-shore de l’Uruguay et du Paraguay.

Les “mauvaises langues de gauche” – c’est-à-dire celles qui, d’après les gourous des mass media italiens, emploieraient un langage soixante-huitard – soutiennent que la plus grande partie des 57 milliards de dollars prêtés par le FMI ont été utilisés pour financer les intérêts et la cupidité de la “race patronale”, exactement comme ce fut le cas dans le passé sous les gouvernements dictatoriaux, puis néolibéraux. Cette thèse trouve un soutien indirect dans les paroles du président de la Banque Centrale Argentine, Guido Sandleris, qui met en cause le “manque de compétence et donc un usage imprudent des réserves monétaires internationales…”. Ainsi donc, cela veut dire, toujours en langage soixante-huitard, que le clan Macri s’est approprié une grande partie des 57 milliards, comme, dans le passé, le firent les divers Menem, Galtieri, Viola, Videla, Ongania, Lanusse, sans oublier El Brujo (Le Sorcier), c’est-à-dire José Lopez Rega, le fidèle secrétaire de Perón et ministre d’Isabelita, qui finança, avec les fonds du Trésor argentin, la Triple A, par laquelle commença en Argentine le drame de la “guerre sale” et des “desaparecidos”.

– Ça me fend le cœur de voir des pauvres
-A moi aussi
-Il faudrait donner du pain, du logement, de la protection et du bien-être aux pauvres !
-Pourquoi tout ça ? Il suffirait de les cacher

Frente de Todos

Peu de gens se rappellent, et les gourous de la “grande presse” évitent de le réévoquer, ce qui s’est passé en 2015 en Argentine et au Brésil, lorsque le Département d’Etat et la CIA du démocrate Barack Obama remportèrent deux importantes victoires politiques, grâce à certaines machinations juridiques. Au Brésil, se déroula le faux Impeachment pour déposer la présidente Dilma Roussef, mettre fin aux gouvernements du PT et emprisonner Lula par une scandaleuse condamnation pour corruption.

En Argentine, les hommes du Département d’Etat et les antennes de la CIA “conseillèrent” le juge fédéral Claudio Bonadio pour qu’il instruise six procès contre la présidente Cristina Fernández Kirchner, juste dans les six derniers mois de son mandat. Il fut ainsi assez facile de déstabiliser la campagne électorale en attaquant l’image politique de Cristina Fernández , fondatrice du Frente de Todos, pour ensuite diviser les électeurs. Cette manipulation fut parfaitement orchestrée par les mass media – soulignons que le groupe d’édition Clarin a joué un rôle déterminant dans la victoire de Mauricio Macri.

Aujourd’hui, le Frente de Todos – après ses malheurs médiatiques mais aussi les erreurs commises lors de la campagne électorale de 2015 – se présente comme une coalition beaucoup plus ouverte et pragmatique, qui réunit tous les courants péronistes du Parti Justicialiste, le Front Rénovateur de Sergio Massa, les secteurs radicaux qui ont, sous la direction de Leopoldo Moreau, formé le Mouvement National Alfonsiniste, puis le Parti de la Concertation de Gustavo Lopez, le Projet Sud de Pino Solanas, le Parti Socialiste de Buenos Aires dirigé par Jorge Rivas, le Parti Solidaire de Carlos Helles, le Nuevo Encuentro [Nouvelle Rencontre] créé par Martin Sabbatella et d’autres groupes mineurs liés au mouvement populaire.

Les deux grandes centrales syndicales, la CGT (Confédération Générale du Travail) et la CTA (Centrale des Travailleurs de l’Argentine), qui constituent 70 % du mouvement syndical argentin, sont les grands alliés du Frente de Todos – qui se présente ainsi aux électeurs de façon unitaire comme le nouveau centre-gauche argentin.

Si donc cette coalition de centre-gauche reste unie et si elle ne reproduit pas les erreurs de 2015, la victoire d’Alberto Fernández et de Cristina Fernández Kirchner contribuera énormément à alléger le joug géostratégique que les USA, ou plutôt l’impérialisme usaméricain, est parvenu à faire peser sur la souveraineté de l’Argentine et de nombreux autres pays d’Amérique Latine.

« Macri, la fuite, 2019″, de Serko: allusion à la fuite en hélicoptère du palais présidentiel (la Maison Rose) du président  De La Rúa en décembre  2001, durant la révolte contre le  l »corralito »

Achille Lollo

Traduit par Rosa Llorens
Source: Tlaxcala, le 18 octobre 2019
Traductions disponibles: English  Español  Português/Galego