Le Dragon expose sa feuille de route et nie chercher l’hégémonie

Le livre blanc « La Défense Nationale de la Chine à l’ère nouvelle » expose ce que le pays cherche à atteindre d’ici 2049.

Redes Sociales:
8

Le principal mérite de la Défense Nationale de la Chine à l’ère nouvelle, un livre blanc publié par le Conseil d’État à Pékin, est de dissiper tout doute sur la provenance de l’Empire du Milieu et sur son avenir d’ici 2049, la date mythique pour, en théorie, le rétablir comme la première puissance mondiale.

Bien qu’il ne soit pas très détaillé, le livre blanc devrait certainement être lu comme le contrepoint chinois à la stratégie de sécurité nationale américaine, ainsi qu’à la stratégie de défense nationale du Département de la Défense US.

Il va sans dire que chaque phrase est soigneusement examinée par le Pentagone, qui considère la Chine comme un « acteur malveillant » et une « menace » – la terminologie associée à son mantra « agression chinoise ».

Pour aller droit au but, et pour le plus grand plaisir des sympathisants et des critiques de la Chine, voici l’essentiel du livre blanc.

Quelle stabilité mondiale ?

Les dirigeants de Pékin affirment ouvertement qu’au fur et à mesure que « les USA ont ajusté leurs stratégies nationales de sécurité et de défense et adopté des politiques unilatérales » qui ont essentiellement « sapé la stabilité stratégique mondiale« . De vastes secteurs des pays du Sud seraient du même avis.

La contrepartie est l’évolution du « partenariat stratégique global de coordination Chine-Russie pour une nouvelle ère» , qui joue désormais « un rôle important dans le maintien de la stabilité stratégique mondiale» .

Parallèlement, Pékin prend grand soin de faire l’éloge des « relations militaires avec les USA conformément aux principes de non-conflit, de non-confrontation, de respect mutuel et de coopération gagnant-gagnant« . Les « relations entre militaires » devraient servir de « stabilisateur pour les relations entre les deux pays et contribuer ainsi aux relations entre la Chine et les USA fondées sur la coordination, la coopération et la stabilité» .

Une autre contrepartie clé des États-Unis – et de l’OTAN – est le rôle de plus en plus crucial de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), qui « forge un partenariat constructif de non-alliance et de non-confrontation qui ne cible aucune tierce partie, élargit la coopération en matière de sécurité et de défense et crée un nouveau modèle de coopération sécuritaire régionale» .

Le livre blanc souligne que « l’Organisation de Coopération de Shanghai est aujourd’hui devenue un nouveau type d’organisation de coopération régionale globale couvrant la plus grande zone et la plus grande population du monde« , ce qui est exact dans les faits. Le dernier sommet de l’OCS de Bichkek a fait des merveilles en présentant certaines des qualités tant vantées du groupe, notamment la « confiance mutuelle» , la « consultation» , le « respect des diverses civilisations » et la « poursuite du développement commun» .

Sur les points chauds, contrairement au scepticisme occidental, le livre blanc affirme que « la situation de la mer de Chine méridionale est généralement stable » et « qu’une architecture de sécurité asiatique équilibrée, stable, ouverte et inclusive continue à se développer ».

Il ne faut pas se faire d’illusions quant à la position de Pékin sur « l’indépendance de Taïwan », qui ne s’écartera jamais de ce qui a été fixé par Little Helmsman Deng Xiaoping à la fin des années 1970 :

« Les forces séparatistes et leurs actions demeurent la menace immédiate la plus grave pour la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan et le principal obstacle à la réunification pacifique du pays» .

Il en va de même pour les « forces séparatistes extérieures pour l’indépendance du Tibet » et la création du « Turkestan oriental ». La manière dont Pékin a géré – et développé économiquement – le Tibet continuera d’être le modèle pour gérer et développer économiquement le Xinjiang, indépendamment des vociférations de l’Occident sur l’assujettissement de la Chine de plus d’un million de Ouïghours.

En ce qui concerne le tumulte à Hong Kong et le degré d’ingérence des « forces extérieures », le livre blanc fait de Hong Kong le modèle à suivre sur la route de Taiwan. La Chine adhère aux principes de « réunification pacifique » et le « un pays, deux systèmes », favorise le développement pacifique des relations entre les deux rives du détroit et la réunification pacifique du pays.

En ce qui concerne la mer de Chine méridionale, le livre blanc note que :

« Des pays extérieurs à la région effectuent fréquemment des reconnaissances aériennes et maritimes rapprochées de la Chine et pénètrent illégalement dans les eaux territoriales chinoises et dans les eaux et l’espace aérien à proximité des îles et récifs chinois, portant atteinte à la sécurité nationale chinoise ».

Il n’y aura donc pas de malentendu :

« Les îles de la mer de Chine méridionale et les îles Diaoyu sont des parties inaliénables du territoire chinois» .

L’ANASE et le Japon devront tenir compte de ce que Pékin affirme être des faits.

Pas d’hégémonie, jamais

Tout en notant que « de grands progrès ont été réalisés dans la Révolution des Affaires militaires aux caractéristiques chinoises » – la sino-version du Pentagone – le livre blanc reconnaît que :

« L’Armée Populaire de Libération est encore loin derrière les principales armées du monde» .

L’engagement de « transformer pleinement les forces armées populaires en forces de classe mondiale d’ici le milieu du XXIe siècle » est sans équivoque.

Un accent particulier est mis sur la diplomatie relativement discrète de la Chine en coulisses.

« La Chine a joué un rôle constructif dans le règlement politique de points chauds régionaux tels que la question de la péninsule coréenne, la question nucléaire iranienne et la question syrienne« .

Le corollaire ne saurait être plus clair.

« La Chine s’oppose à l’hégémonie, à l’unilatéralisme et à la politique des deux poids, deux mesures» .

Le point le plus important du livre blanc – en contraste flagrant avec le récit de « l’agression chinoise » – est sans doute que « Ne Jamais Chercher l’Hégémonie, l’Expansion ou les Sphères d’Influence » est qualifié de « caractéristique distinctive de la défense nationale de la Chine dans cette nouvelle ère» .

Cela s’appuie sur ce que l’on pourrait définir comme l’approche chinoise distinctive des relations internationales – respecter « le droit de tous les peuples à choisir indépendamment leur propre voie de développement » et « le règlement des différends internationaux par un dialogue, des négociations et des consultations équitables. La Chine s’oppose à l’ingérence dans les affaires intérieures des autres, à l’abus des faibles par les forts et à toute tentative d’imposer sa volonté aux autres» .

La feuille de route est donc sur la table pour que tout le monde puisse la voir. Il sera fascinant d’observer les réactions d’une myriade de latitudes à travers les pays du Sud. Voyons comment réagit le système qui parle « d’agression chinoise ».

Propagande anonyme de 1899 contre « la Terreur jaune dans toute sa splendeur »

Original: The Dragon lays out its road map, denies seeking hegemony

Fuente: Tlaxcala, le 3 aoùut 2019

Publié par Réseau International

Traductions disponibles: Português/Galego  Español