NAALAKKERSUISUT
Le Groenland arrête toute nouvelle exploration pétrolière

Cette mesure a été prise pour le bien de notre nature, de nos pêcheries, de notre industrie touristique et pour concentrer nos activités sur les potentiels durables.

Le sous-sol groenlandais

Le sous-sol groenlandais est riche en ressources pétrolières et minérales. L’histoire des activités d’exploration et d’exploitation remonte à de nombreuses années et a une portée mondiale.
Le gouvernement groenlandais, Naalakkersuisut, reste déterminé à développer le vaste potentiel minéral du pays, lorsque cela n’implique pas l’extraction d’uranium. C’est pourquoi un projet de loi vient d’être envoyé pour consultation, qui interdit la recherche préliminaire, l’exploration et l’extraction d’uranium au Groenland.

La population groenlandaise a basé sa subsistance sur les ressources naturelles du pays pendant des siècles, et l’interdiction de l’extraction d’uranium est ancrée dans une croyance profonde selon laquelle les activités commerciales doivent tenir compte de la nature et de l’environnement.

Ce sont ces mêmes préoccupations qui constituent la toile de fond de la décision du gouvernement groenlandais de mettre un terme à toute nouvelle exploration pétrolière et gazière.

La fin de l’exploration pétrolière

Le sous-sol groenlandais recèle d’importants gisements de pétrole inexplorés. Une étude récente de la Commission géologique du Danemark et du Groenland (GEUS) estime qu’il y a 18 milliards de barils de pétrole dérisqués (exploitables) sur la côte ouest du Groenland. D’importants gisements devraient également se cacher sous les fonds marins de la côte est du Groenland.

Cependant, le gouvernement groenlandais estime que le prix de l’extraction du pétrole est trop élevé. Il se fonde sur des calculs économiques, mais les considérations relatives à l’impact sur le climat et l’environnement jouent également un rôle central dans la décision.

Dans ce contexte, Naalakkersuisut a décidé de ne plus délivrer de nouvelles licences d’exploration pétrolière et gazière au Groenland. Cette mesure a été prise pour le bien de notre nature, de nos pêcheries, de notre industrie touristique et pour concentrer nos activités sur les potentiels durables.

 

La ministre du logement, de l’infrastructure, des ressources minérales et de l’égalité de genre, Naaja H. Nathanielsen, déclare : « En tant que société, nous devons oser nous arrêter et nous demander pourquoi nous voulons exploiter une ressource. La décision est-elle fondée sur des connaissances actualisées et sur la conviction que c’est la bonne chose à faire ? Ou bien continuons-nous simplement à faire comme si de rien n’était ? La position du gouvernement groenlandais est que notre pays a tout intérêt à se concentrer sur le développement durable, notamment sur le potentiel des énergies renouvelables ».
Le ministre de la pêche et de la chasse, Aqqaluaq B. Egede, déclare : « Cette
décision souligne que le Groenland gère ses ressources naturelles de manière
durable. C’est un signal fort que de pouvoir annoncer que notre poisson et nos
prises proviennent d’un pays qui accorde une grande importance à la gestion
durable de ses ressources naturelles. Ce faisant, nous pouvons continuer à
approvisionner les consommateurs du monde entier en matières premières de
qualité supérieure ».

 

 

Le ministre del’agriculture, de l’autosuffisance, de l’énergie et de l’environnement,
Kalistat Lund, déclare : 
« Naalakkersuisut prend le changement climatique au sérieux. Nous pouvons en voir les conséquences dans notre pays tous les jours, et nous sommes prêts à contribuer aux solutions mondiales pour contrer le changement climatique. Le Naalakkersuisut s’efforce d’attirer de nouveaux investissements pour l’important potentiel hydroélectrique que nous ne pouvons exploiter nous-mêmes. La décision d’arrêter toute nouvelle exploration pétrolière contribuera à faire du Groenland le pays où les investissements durables sont pris au sérieux ».
Le ministre des affaires, du commerce, des affaires étrangères et du climat, Pele Broberg, déclare : « Ces dernières années, les investissements internationaux dans le secteur de l’énergie délaissent le pétrole et le gaz au profit des énergies renouvelables.
Il est donc naturel que nous mettions l’accent sur les opportunités de l’avenir
et non sur les solutions du passé. La décision d’arrêter l’exploration
pétrolière est aussi l’histoire d’une population qui donne la priorité à
l’environnement. C’est une histoire que j’ai hâte de partager avec le secteur
du tourisme et d’inclure lorsque je représenterai le Groenland au niveau
international ».

Pour de plus amples informations, veuillez contacter  le Ministère des ressources minérales   asn@nanoq.gl

NdT: le Groenland, territoire d’outre-mer danois associé à l’UE et doté d’une large autonomie depuis 2009, est gouverné depuis avril dernier par une coalition du parti socialiste Inuit Ataqatigiit (Communauté inuit) et du parti indépendantiste Naleraq ( Parti du point d’orientation), qui détiennent ensemble 16 des 31 sièges du parlement (Kalaallit Nunaanni Inatsisartut). Il est soutenu par Atassut (Solidaire), libéral-conservateur, « unioniste » (favorable au maintien de la colonisation danoise, commencée en 1621), qui a 2 députés.

Naalakkersuisut Gouvenement du Groenland, 15/7/2021
Traduit par Fausto Giudice
Traduction disponibles : Español Deutsch