Horreur sans surprise

Mais la vérité et la réalité sont que le fond réel de cette histoire a une forte odeur de pétrole, brille comme un diamant, pèse comme l’or, jaillit comme l’eau, et sinon, elle est aussi noire que le coltan.

Se référant au président Nicolas Maduro, son homologue Joe Biden le présente comme un « dictateur ». Nous doutons qu’il dise sérieusement quelque chose que lui-même ne doit pas croire.

Peut-être l’a-t-il déclaré pour créer cette image dans l’opinion publique internationale afin de préparer une action qu`ìl ne peut confesser, une nouvelle action du manuel du «coup d’État en douceur» pour renverser les présidents et les nations qui se refusent à servir les intérêts de Washington. Un manuel, L’anti-coup d’État, que le Démocrate Biden a hérité des Républicains ; conçu, il y a plus de 30 ans par le philosophe Gene Sharp pour ses fondements politiques et consolidé à l’Université de Harvard par le Colonel Bob Helvey pour son application comprenant 198 techniques à développer en trois phases :  1) Manifestations 2) Non-coopération, boycott, pénurie de produits et autres et, 3) Intervention.

Au Venezuela, Georges Bush Jr. a commencé par un coup d’État en douceur contre le président Hugo Chavez. Barack Obama lui a emboîté le pas en 2015 avec son décret n°13.692 déclarant une « urgence nationale » pour une prétendue « menace inhabituelle et extraordinaire » du Venezuela. Démocrates et républicains se sont alors découverts complices ; Obama a signé son décret, Trump et Biden l’ont reconduit.

Maintenant, Biden co-auteur du décret, baptise Maduro de « dictateur » pour éviter grâce à un  les coûts élevés des bombardements, des interventions directes ou des actions sous-couvert qui de plus seraient tôt ou tard déclassifiées.

En parlant de « dictature », Biden comme tout le monde, sait que Maduro est en fait le premier président chaviste. Chavez a préparé Maduro, le peuple l’a élu et l’a reconduit à la présidence, démocratiquement et par majorité absolue. Biden sait parfaitement que le père de sa supposée « dictature » s’appelle Chavez; un « dictateur » surprenant et sui generis.

Les évidences de la « dictature chaviste », que Maduro persiste à suivre loyalement, sont irréfutables. Juste à titre d’exemples et de preuves :

– Il a ordonné des programmes pour que son peuple apprenne à lire et reçoive même une formation universitaire.

– Il a dicté, avec un autre « dictateur » comme Fidel Castro, un système de santé dans les secteurs populaires, y compris une Mission Miracle pour que les pauvres sans ressources puissent retrouver la vue malgré leurs cataractes.

– Il a imposé un système de distribution alimentaire à bas prix contre la spéculation.

– Il a décidé d`un programme pour construire des millions de logements décents pour le peuple.

– Il a soumis à référendum une Constitution afin que les ressources du pays appartiennent au peuple et que le Président élu puisse être soumis à son mi-mandat à un référendum révocatoire.

Pour l`expliquer à Obama, Chavez lui a offert en 2009 Les Veines ouvertes de l’Amérique latine, d’Eduardo Galeano. Espérons qu`a Biden soit offert Les 7 péchés d’Hugo Chavez, de Michel Collon (2009) *. Pour comprendre l’utopie face à l’illusion que le candidat Barack Obama a inspirée au monde et sa présidence réelle, nous avons lu son livre autobiographique Les rêves de mon père (1995) **.

Mais la vérité et la réalité sont que le fond réel de cette histoire a une forte odeur de pétrole, brille comme un diamant, pèse comme l’or, jaillit comme l’eau, et sinon, elle est aussi noire que le coltan.

* cette autobiographie de Barack Obama a été traduite en français et éditée par les Presses de la Cité.
** Les 7 péchés d`Hugo Chavez de Michel Collon ont été traduit et réédités en plusieurs langues, inclues español et français. Ce livre peut se commander sur le site
https://boutique.investigaction.net/fr/

Jean Araud para La PLuma

Horror sin asombro. Pag.13 , El Correo del Orinoco, Caracas le 5 mai 2021.

Original: Horror sin asombro

Edité par María Piedad Ossaba