Le chantier du Mondial de foot Qatar 2022 : 10 ans de massacre silencieux

En référence à cette précédente “coupe de la honte” et en hommage à Alain, je reprends son idée graphique aujourd’hui pour dénoncer ce nouveau charnier censé accueillir une fête, avec la complicité de la FIFA et de nos gouvernements. N’hésitez pas à relayer.

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20

Cela fait 10 ans que les chantiers de la coupe du monde de foot qui doit se dérouler au Qatar en 2022 ont commencé. Cela fait 10 ans qu’un massacre silencieux s’y déroule : celui de dizaines, de centaines, de milliers d’ouvriers indiens, pakistanais, népalais, bengalis et sri-lankais réduits à des conditions de quasi-esclavage. Des organisations de défense des droits de l’homme ont régulièrement averti sur ces conditions terribles et les nombreux morts qui en résultaient, mais l’indifférence est quasi-totale, les chiffres minimisés voire niés par la FIFA et les gouvernements occidentaux. Bien sûr, aucun chiffre officiel n’est disponible, les ONG et les journalistes ne peuvent que réaliser des estimations, essentiellement grâce aux chiffres fournis par les ambassades qataries des pays d’origines des ouvriers.

Mardi dernier, le journal britannique Guardian (relayé en français par L’Équipe ou L’Humanité) a ainsi réalisé une estimation qui donne le vertige : au moins 6500 morts depuis 2010 (soit 12 morts par semaine depuis 10 ans) – encore ces chiffres ne tiennent-ils pas compte de certains pays qui n’ont pas fourni de données comme les Philippines ou le Kenya. 

Alors que notre gouvernement fantasme sur l’“islamogauchisme”, il faut rappeler que la France fournit des armes à l’Arabie saoudite – qu’elle utilise pour massacrer au Yémen –, et qu’elle n’a aucun problème à participer à l’organisation d’un tournoi de football au Qatar où les réjouissances vont se dérouler sur un monceau de cadavres. 

Il y a 42 ans, le graphiste Alain Le Quernec réalisait une affiche pour dénoncer la coupe du monde en Argentine où la dictature sanguinaire de Videla faisait rage. En référence à cette précédente “coupe de la honte” et en hommage à Alain, je reprends son idée graphique aujourd’hui pour dénoncer ce nouveau charnier censé accueillir une fête, avec la complicité de la FIFA et de nos gouvernements. N’hésitez pas à relayer.

 

Sébastien Marchal

Traductions disponibles : English  Español

Source: Tlaxcala, le 7 mars 2021