La démocratie équatorienne est attaquée. Nous devons lutter pour la défendre

Unis, nous pouvons démanteler ce régime de « guerre judiciaire » et restaurer la souveraineté populaire en Équateur et dans le monde entier.

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20

Le peuple équatorien décide son futur. Les forces réactionnaires – en Équateur et dans toute la région – conspire contre le peuple équatorien. À la communauté internationale nous demandons vigilance, solidarité et défense de la souveraineté populaire.

Le 7 février 2021 le peuple équatorien a exercé son droit constitutionnel à élire un nouveau président, un vice-président et les parlementaires de l’Assemblée nationale. Les résultats sont clairs : une grande victoire au premier tour pour Andrés Arauz et Carlos Rabascall de l’Union pour l’Espérance (UNES).

Se produit maintenant une réaction violente à l’encontre de la démocratie. Le forces réactionnaires – en Équateur et dans tout l’hémisphère occidental – orchestrent une sale campagne pour éliminer Arauz, retarder les élections et empêcher la formation d’un bloc progressiste, indigène et féministe.

En Équateur les autorités électorales ont tenté d’initier un « recompte » des votes, sans précédent, lequel mettrait en péril le processus démocratique. Soyons clairs : il n’y avait aucune base légale pour un tel « recompte », ni preuve de fraude qui l’aurait justifié. Nous avons vu les conséquences des accusations de fraude infondées dans le coup d’État contre Evo Morales en novembre 2019, et nous disons au CNE, à l’OÉA et au département d’État des États-Unis : Nous serons vigilants.

Maintenant, le parquet intensifie ses efforts pour décrédibiliser les résultats du premier tour. À l’encontre des règles constitutionnelles clairement établies, le parquet a appelé à la saisie « de tous les contenus des bases de données informatiques administrées par le système électoral ». Nous tirons la sonnette d’alarme : le gouvernement de Lenin Moreno prépare un coup contre la démocratie.

L’attaque contre la démocratie équatorienne ne vient pas seulement de l’intérieur du pays. Le mois passé, la revue colombienne Semana a fait circuler une rumeur, absurde et malintentionnée, selon laquelle l’Internationale progressiste aurait arrangé un prêt de la guérilla ELN colombienne à la campagne du candidat présidentiel Andrés Arauz. Ces rumeurs absurdes ont été facilement démenties par divers experts et rejetées par l’Internationale progressiste.

Cependant, le gouvernement de Duque en Colombie continue de diffuser ce mensonge. Le 13 février 2021, le procureur général de la république colombien s’est rendu en Équateur pour transmettre l’information « secrète » qui pourrait être utilisée dans un procès pour disqualifier Arauz dans l’élection présidentielle équatorienne.

L’Équateur a une longue tradition de « guerre judiciaire » contre ses forces progressistes. L’absurde mensonge à propos de l’ELN est juste la dernière tactique de la guerre juridique afin d’empêcher leur arrivée au pouvoir.

Ils échoueront. Le « recompte » illégal et l’absurde « prêt » montrent la panique des forces réactionnaires dans toute l’Amérique latine. Elles savent que leur temps est passé. Elles savent qu’elles ne peuvent rester au pouvoir que par des moyens illégaux. Et elles savent que les peuples du monde sont disposés à défendre leur démocratie pour la paix et la prospérité.

Leurs peur est notre force. Maintenant, plus que jamais, nous devons nous unir en défense de nos fragiles démocraties. Nous devons réunir les forces progressistes, féministes, écologistes et indigènes pour vaincre la droite réactionnaire. Unis, nous pouvons démanteler ce régime de « guerre judiciaire » et restaurer la souveraineté populaire en Équateur et dans le monde entier.

Suivent de nombreuses signatures, dont celles de Noam Chomsky et de Jean-Luc Mélenchon.

La liste complète est consultable sur le site de l’Internationale progressiste : https://progressive.international/wire/2021-02-21-ecuadors-democracy-is-under-attack/es

Source: Internacional Progresista, le 22 février 2021

Edité par María Piedad Ossaba

Traduit par Mila Desmers 

Traductions disponibles: Español English  Italien