Le viol des femmes noires et autochtones a laissé une trace indélébile dans le génome des Brésilien·nes

De tels chiffres ne sont pas nouveaux pour la génétique. « C’est la norme latino-américaine », dit Hünemeier. Il en va de même pour la population de pays comme la Colombie et Cuba, qui ont également connu la colonisation ibérique.

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20

Les premiers résultats du projet de séquençage génétique le plus complet jamais réalisé au Brésil montrent que les gènes hérités exclusivement par voie maternelle sont généralement noirs et autochtones, et que les gènes transmis par les pères sont presque tous issus de colonisateurs européens.

 Le projet DNA do Brasil (ADN du Brésil) vise à analyser le génome de 40 000 Brésiliens. Il s’agit de la plus grande enquête de ce type jamais réalisée dans le pays, et elle donnera lieu à la base de données génétiques la plus complète disponible sur notre population. L’initiative a été annoncée il y a neuf mois, en décembre 2019, et donne déjà ses premiers résultats.

Les chercheurs ont déjà achevé le séquençage du génome de 1 247 Brésiliens. Les volontaires viennent de tous les coins du pays, des communautés riveraines de l’Amazonie aux habitants de la ville de São Paulo. L’un des objectifs de la recherche est médical : les données génétiques permettent d’identifier des groupes plus sensibles à certaines maladies, ce qui permet d’orienter les ressources et les efforts du SUS (Système Unique de Santé, public) avec intelligence.

La cartographie génétique fournit également des données sur l’ascendance des volontaires. Rien que dans ces 1 247 génomes préliminaires il a été possible d’observer les variantes génétiques de 54 populations du monde. Les résultats montrent que oui, le Brésil est extrêmement métissé – mais que ce métissage ne s’est pas fait de manière équilibrée.

Le marquage au fer rouge d’une femme autochtone, par Miguel Covarrubias

Un héritage inégal

La moitié de nos gènes sont hérités de notre mère, tandis que l’autre moitié est héritée de notre père. En général, il n’est pas possible d’identifier quels gènes proviennent de tel ou tel parent. Mais il y a des exceptions.

 Le chromosome Y est l’une d’elles. Les femmes ont des chromosomes sexuels XX, et les hommes des XY. Cela signifie que la mère transférera toujours le chromosome X au fœtus. Ensuite, le spermatozoïde du père est chargé de « décider » du sexe du bébé en envoyant le chromosome X ou Y.

Cela signifie que chaque chromosome Y trouvé dans la population provient toujours du père, ce qui permet de retracer la lignée des hommes du pays. Il en va de même pour l’ADN mitochondrial en ce qui concerne les femmes. C’est toujours la mère qui transmet les mitochondries à son fils – les mitochondries sont des fabriques énergétiques des cellules qui ont leur propre matériel génétique – donc tout l’ADN des mitochondries d’une population a nécessairement été hérité des femmes.

Maintenant, les résultats : 75% des chromosomes Y dans la population sont hérités d’hommes européens. 14,5 % sont d’hommes africains, et seulement 0,5 % sont d’hommes autochtones. Les 10 % restants sont pour moitié originaires d’Asie de l’Est et du Sud, et pour moitié d’autres régions d’Asie.

Avec l’ADN mitochondrial, c’est le contraire : 36% de ces gènes sont hérités de femmes africaines, et 34% de femmes indigènes. Seulement 14 % proviennent de femmes européennes et 16 % de femmes asiatiques.

En additionnant les pourcentages de femmes, nous obtenons que 70% des mères qui ont donné naissance à la population brésilienne sont africaines et indigènes – mais 75% des pères sont européens. La raison remonte aux années de la colonisation portugaise au Brésil. Le viol de femmes esclaves noires et autochtones était la règle.

L’exploitation violente et l’extermination massive ont également fait que les hommes autochtones n’ont laissé presque aucun descendant – ils ne représentent que 0,5 % du génome de la population, alors que les femmes autochtones en représentent 34 %. « Ce qui s’est passé, c’est que nous avons tué ou soumis les hommes et violé les femmes », explique Tábita Hünemeier de l’Institut des biosciences (IB) de l’Université de São Paulo, qui étudie la génétique des populations et est l’une des coordinatrices du projet.

De tels chiffres ne sont pas nouveaux pour la génétique. « C’est la norme latino-américaine », dit Hünemeier. Il en va de même pour la population de pays comme la Colombie et Cuba, qui ont également connu la colonisation ibérique. D’autres études génétiques menées au Brésil, qui n’analysent que le chromosome Y et l’ADN mitochondrial, ont montré la même tendance depuis les années 2000.

En plus de mettre en lumière les atrocités historiques, le génome des premiers volontaires du projet a également révélé quatre millions de nouvelles variantes génétiques, qui ne sont pas enregistrées dans d’autres banques de gènes internationales. Une autre cartographie génomique récente, réalisée uniquement avec des personnes âgées brésiliennes, a montré deux millions de nouvelles variantes.

Hommes blancs et femme noire, par le peintre hollandais Christiaen Couwenbergh, 1632

Maria Clara Rossini

Original: Estupro de mulheres negras e indígenas deixou marca no genoma d@s brasileir@s

Traduit par   Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Traductions disponibles : English  Español 

Source: Tlaxlala le 10 janvier 2021

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_21691.jpg