À l’ONU, Pedro Sanchez passe sous silence le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination

Le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, que le gouvernement socialiste oublie aujourd’hui, a été envisagé par le PSOE dans la majorité de ses programmes électoraux, y compris pour les élections du 28 avril 2019. Après ces élections, il a changé d’approche et le droit à l’autodétermination des Sahraouis, qui est nié par le Maroc, a disparu.

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20

Pour la deuxième fois, le président du gouvernement espagnol ne suit pas la position en faveur du droit à l’autodétermination des Sahraouis qu’il défendait en 2018 et qui était une constante dans les programmes électoraux du PSOE.

Dans son troisième discours à l’Assemblée générale des Nations unies, Pedro Sanchez a consacré 45 mots d’un long discours au conflit du Sahara occidental.

45 mots dans un discours de 3 565 mots. C’est la durée que le président du gouvernement, Pedro Sanchez, a consacrée au problème du Sahara occidental dans son intervention lors du débat général de la 75ème session de l’Assemblée générale des Nations unies (ONU).

Le président du gouvernement a participé par vidéo à l’Assemblée générale de l’ONU le 25 septembre, et en se référant au conflit du Sahara occidental, territoire que l’Espagne n’a pas décolonisé et qu’elle a remis au Maroc à la fin de 1975 et dont elle reste de jure la puissance administrante, il s’est limité à dire

« Il est nécessaire de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable au conflit du Sahara occidental, telle qu’établie par les résolutions du Conseil de sécurité et dans le cadre de dispositions conformes aux principes et aux objectifs de la Charte des Nations unies ».

Rien sur le droit à l’autodétermination des Sahraouis.

Ainsi, lors de sa troisième intervention devant l’Assemblée générale des Nations unies, Sánchez a fait comme l’année dernière lorsqu’il a laissé de côté l’idée de parvenir à une solution qui prévoirait l’autodétermination du peuple du Sahara occidental et a rompu avec une position défendue jusqu’alors par les socialistes.

Le président du gouvernement a modifié les propos qu’il avait tenus lors de sa première apparition à l’ONU en septembre 2018, dans lesquels il soutenait au nom de l’Espagne une solution politique, juste et durable, mutuellement acceptable « qui prévoie l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre de dispositions conformes aux principes et aux buts de la Charte des Nations unies ».

Le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui, que le gouvernement socialiste oublie aujourd’hui, a été envisagé par le PSOE dans la majorité de ses programmes électoraux, y compris pour les élections du 28 avril 2019. Après ces élections, il a changé d’approche et le droit à l’autodétermination des Sahraouis, qui est nié par le Maroc, a disparu.

Dans son discours de cette année devant l’Assemblée générale des Nations unies, Pedro Sánchez, outre qu’il a largement fait référence au Covid-19, a parlé de « défendre la démocratie et les droits de l’homme plus que jamais », et a souligné que la démocratie est bien plus qu’une forme de gouvernement, « c’est un régime de vie, doté de valeurs pour toute l’humanité, sans distinction d’origine ou de condition, qui requiert notre effort et une conduite exemplaire pour combattre avec succès ceux qui s’y opposent ».

Il a appelé à « de nouvelles négociations entre Palestiniens et Israéliens pour parvenir à un accord de paix juste qui préserve la solution des deux États », à une solution négociée au conflit en Libye, et à la restauration de la paix et de la sécurité perdues au Sahel.

Il a également souligné l’intérêt particulier que l’Espagne porte au statut de Gibraltar après le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne et a déclaré que nous sommes appelés à nous conformer à la doctrine des Nations unies sur Gibraltar, sur laquelle l’Espagne s’aligne pleinement.

Sur trois mille cinq cent soixante-cinq (3 565) mots, seulement quarante-cinq (45) pour aborder le problème existant dans le territoire que l’Espagne a abandonné sans remplir son obligation de décolonisation et qui a été envahi par le Maroc, pays qui s’oppose au référendum d’autodétermination convenu avec le Front Polisario dans le cessez-le-feu conclu par les deux parties en septembre 1991 sous les auspices de l’ONU.

Alfonso Lafarga

Original: Pedro Sánchez silencia en NN.UU. el derecho del pueblo saharaui a la autodeterminación

Traduit par: Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source: Tlaxcala, le 30 septembre 2020

What do you want to do ?

New mail