Elliott Abrams, socialisme et Flora Tristan

Sa peur viscérale du socialisme il devrait le traiter à la racine et pas seulement avec son obsession contre le peuple vénézuélien. À propos, beaucoup au Venezuela soupçonnent que les États-Unis ont assassiné Chávez, comme en d’autres occasions, ils ont éliminé des dirigeants politiques et des présidents d’Amérique Latine qui ne se soumettaient pas aux intérêts de Washington.

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20

L’une des serres de Donald Trump pour attaquer le Venezuela est Elliott Abrams, avec son long service à la Maison Blanche, un bilan sanguinaire, une condamnation lorsqu’il a servi Ronald Reagan mais gracié par George W. Bush. Abrams a récemment déclaré devant sa Chambre des représentants « … Nous, les champions de la démocratie dans le monde, avons prouvé que le socialisme a été un échec en tous lieux. »

Elliott Abrams a récemment déclaré devant sa Chambre des représentants «  »… attaquer le chavisme est pour nous une guerre de survie …

Il ne semble pas si convaincu quand il déclare aussi « … attaquer le chavisme est pour nous une guerre de survie … sinon nous laisserions place à notre destruction … Imaginez, Messieurs les Représentants, que nous laissions les chavistes gouverner sans leur faire la guerre, permettant leurs projets sociaux sans prendre en compte nos entreprises … une menace pour la sécurité de notre pays … pouvez-vous imaginer ce que signifie construire près de cinq millions de logements sans la participation d’entreprises privées ? Quel serait le sort de notre modèle si nous n’intervenions pas là-bas dans les projets de santé ou d’éducation, dans la formation de ses militaires et dans l’acquisition d’éléments pour sa défense ? … Allons-nous alors permettre au socialisme de triompher dans ce pays ?

Abrams conclut « … quiconque n’est pas avec nous doit traverser les privations les plus douloureuses, les insécurités les plus terribles, les besoins les plus douloureux. »

Abrams doit savoir que le Venezuela n’est pas une République Socialiste, c’est la République Bolivarienne proposée par Hugo Chávez, par essence humaniste avec un socialisme bolivarien inspiré du libérateur Simón Bolívar.

Si Abrams avec la CIA enquête sur le socialisme, dans la ville de Bordeaux, en France, il trouvera l’épitaphe « Liberté, égalité, fraternité, solidarité », sur la tombe où repose la française Flora Tristan, honorée comme précurseur du socialisme et que certains historiens citent Bolívar comme l`auteur de sa paternité.

N°14. Sépulture de Flora TRISTAN. Cimetière de la Chartreuse, Bordeaux, France

Alors, Abrams devrait également mener sa guerre sur le territoire français, où les socialistes de notre époque contemporaine ont gouverné durant quatre mandats, les menaçant de «… privations les plus douloureuses, insécurités les plus terribles, besoins les plus douloureux ».

Sa peur viscérale du socialisme il devrait le traiter à la racine et pas seulement avec son obsession contre le peuple vénézuélien. À propos, beaucoup au Venezuela soupçonnent que les États-Unis ont assassiné Chávez, comme en d’autres occasions, ils ont éliminé des dirigeants politiques et des présidents d’Amérique Latine qui ne se soumettaient pas aux intérêts de Washington.

Flora Tristán

Si, comme l’affirme Abrams, Washington donne la priorité à ses entreprises privées, d’autres gouvernements se consacrent au bien-être de leurs peuples.

Pour lui éviter d’enquêter en France, nous offrirons bientôt plus d’informations pour qu`il ne se limite pas à sa fixation sur les 20 ans du socialisme bolivarien, mais sur la « menace inhabituelle et extraordinaire » de Bolívar et Flora, il y a plus de deux siècles.

Jean Araud pour La Pluma

Original: Elliott Abrams, Socialismo y Flora Tristán

Edité par María Piedad Ossaba

Source: Le Courriel d l’Orenoque.Pag.12 ,  Caracas

What do you want to do ?

New mail