La justice contre une langue

Que des juges prétendent se prononcer sur des questions propres à la philologie est absurde

Redes Sociales:
9
20
fb-share-icon20

« Vu que nous avons des juges, pourquoi avons-nous besoin de philologues », a plaisanté lundi le caricaturiste Julio César Pérez (ou Amarillo Indio), condamnant parfaitement l’absurdité de la décision de la Cour suprême selon laquelle les communications entre la Generalitat Valenciana et les gouvernements de la Catalogne et des îles Baléares ne peuvent pas se faire uniquement en valencien (ou catalan), et les oblige à les faire aussi en espagnol, une langue commune à tous les citoyens espagnols comme le stipule la Constitution 78. En effet, que les juges (même s’ils sont de la Cour Suprême) veuillent se prononcer sur des sujets qui sont propres à la philologie est une absurdité comparable à celle que supposerait la situation inverse, que les philologues veuillent modifier le Code pénal sur la base de la grammaire ou du dictionnaire. Si les juges se donnent le pouvoir de valider ou d’invalider certaines pour certains usages (dans ce cas, administratif et institutionnel, et toujours seulement entre les administrations qui ont le valencien ou le catalan comme langue commune) ), tout ce qu’ils font, c’est envahir une zone qui ne leur appartient pas et encourir un abus de pouvoir. Et contribuer, dans ce cas, à une tension sociale déjà existante, plutôt que de l’atténuer.

Dans les pays dits normaux, les tribunaux, et encore moins les cours supérieures, ne sont pas chargés de rendre des jugements sur des questions philologiques. Nous le répéterons et nous le répéterons autant de fois que nécessaire: au XXIe siècle, l’Espagne est le seul État de l’Union européenne qui, au lieu de célébrer et de promouvoir la diversité linguistique, participe activement à l’étouffer et à la réprimer, y compris à travers une Cour suprême (bien sûr, il y a d’autres États avec une forte tradition de haine et de persécution linguistique: la France, par exemple, était le modèle malheureux de l’Espagne, mais même pas la France aujourd’hui ne montre pas autant de fureur à cet égard). Au contraire, il existe un consensus international large et mature pour considérer la diversité linguistique comme un atout culturel et un atout économique de premier plan: contrairement à ce que certains craignent, la mondialisation et les technologies numériques offrent de nouvelles possibilités de diffusion et de nouveaux marchés aux langues non majoritaires (qui sont la grande majorité, paradoxe apparent).

En fait, la Constitution de 1978 elle-même consacre in extenso, dans son article 3.3, que «la richesse des différentes modalités linguistiques de l’Espagne est un patrimoine culturel qui fera l’objet d’un respect et d’une protection particuliers». C’est l’un de ces articles perpétuellement ignorés par l’État lui-même, et vous n’entendrez jamais citer par ceux qui se disent constitutionnalistes. Au contraire, le fait que la langue catalane (également appelée valencien, majorquin, minorquin et eivissenc/ibicenco, bien sûr) est non seulement une langue vivante, mais aussi puissante et fertile que n’importe quelle langue européenne est perçu par les nationalistes espagnols comme un échec. insupportable. Ils veulent l’éliminer, le faire disparaître. Ils le tentent depuis trois cents ans et ils n’y sont pas parvenus: ils ne réussiront pas non plus maintenant avec cette sentence ridicule de la Cour suprême, que nous ajoutons à la collection.

Sebastià Alzamora

Original: La justícia contra un idioma

Traduit par   Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Traductions disponibles : Español  English 

Source: Tlaxcala, le 28 juin 2020