Israël est un État à parti unique

Les élections israéliennes sont un divertissement, comme tous les autres divertissements à la télévision. Les médias soulèvent des tensions artificielles sur qui gagnera et qui sera expulsé, comme dans toute émission de téléréalité.

Redes Sociales:
8

Des dizaines de listes électorales seront enregistrées jeudi dans un faux affichage de pluralisme. Les gens sont-ils polarisés ? Pas politiquement. Les élections sont-elles fatidiques ? C’est aussi une illusion. Les élections offrent-elles deux voies différentes ? Même cela est trompeur.

Israël est en train de devenir un pays qui n’a qu’une seule idée, et donc pratiquement un État à parti unique. Il y a d’innombrables listes électorales, deux blocs, à droite et à gauche. C’est beaucoup de bruit pour rien. Les différences entre eux sont négligeables, sauf sur une question qui éclipse toutes les autres : Benjamin Netanyahou, oui ou non.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_20746.jpg

Quiconque est jaloux USA parce qu’ils n’ont que deux partis devrait savoir qu’il y en a encore moins en Israël. La distance entre Bernie Sanders et Elizabeth Warren et Donald Trump est beaucoup plus importante que celle entre Netanyahu, Benny Gantz et Ehud Barak. Lorsque l’objectif principal est de fusionner les partis (avant les élections) et l’unité (après les élections), le gouffre n’est clairement pas un gouffre, le fossé n’est pas un fossé. Seul le vide est en effet le vide.

Non pas qu’il n’y ait pas de différences. Mais elles sont seulement rhétoriques. Une personne  proclame ouvertement son racisme et en est fière, tandis qu’une autre le met en sourdine. Une personne se contente de belles paroles en faveur de valeurs universelles comme la justice, l’égalité, la paix et le droit international, tandis qu’une autre les dénigre. Mais enlevez les slogans, et il n’y a pas de différences, seulement des bagarres de personnes. Regardez comme les partis fusionnent facilement de nos jours. Le seul obstacle est de savoir qui sera placé où sur la liste pour la Knesset. Personne ne se soucie du reste. Les partis sans programme et les listes électorales sans direction s’unifient facilement, il suffit de régler le problème du rang.

Pourquoi l’unité est-elle le but de toute façon, et pour quoi faire ? A la fin de toutes ces discussions sur l’unité et les syndicats, l’uniformité nous attend. Comme la campagne Tzav Piyus (Devoir de civilité) par laquelle les Juifs séculiers prennent toujours en considération les sentiments des Juifs religieux, ainsi l’unité fait la queue derrière la droite. C’est comme ça quand la droite, même extrême, est considérée comme correcte et la gauche, même la gauche modérée, comme une malédiction.

La prochaine Knesset disposera à nouveau d’une majorité absolue et totalitaire pour une direction, à l’exclusion de toutes les autres. Plus de 100 des 120 législateurs seront sionistes, et un nombre incroyablement similaire sont partisans de l’occupation. Une telle majorité n’existe dans aucune démocratie.

Le sionisme est une idéologie comme une autre : Vous pouvez être pour ou contre, ou penser que son temps est révolu. Mais pas en Israël. Un Israélien juif ne peut pas être non sioniste. Le sionisme est une religion obligatoire. C’est le premier cas de coercition religieuse par ici.

Personne n’essaie de clarifier ce que signifie le sionisme aujourd’hui. C’est une vache sacrée. Aucun parti n’ose le contester, le moderniser ou s’y opposer, sauf les Haredim – dont la plupart sont des sionistes loyaux dans la pratique – et les Arabes, qui sont en quelque sorte autorisés. Ce qui est encore plus étonnant, c’est le soutien de mur à mur pour la poursuite de l’occupation. À l’exception de la Liste commune, aucun parti ne brandit la bannière de la guerre contre l’occupation comme bannière principale. Courant avec Ehud Barak, le Meretz ne peut plus correspondre à cette description ; le parti travailliste ne l’a jamais fait.

Quand tout le monde est sioniste et soutient l’occupation, ou du moins ne propose pas d’y mettre fin, il n’y a pas de réelle différence d’opinion. Tout le monde est même d’accord sur les guerres ici, au moins quand elles commencent. Et même la bannière que le centre-gauche essaie de brandir, la bannière de la bataille pour la démocratie et la préservation du système judiciaire, est la bannière des hypocrites. Les partisans de l’occupation n’ont pas le droit de parler de démocratie, ni d’indépendance des tribunaux, qui ont approuvé de manière effrayante et routinière la demande de l’establishment de la défense de détruire 70 appartements à Jérusalem-Est, et aucun des saints gardiens des tribunaux n’a ouvert la bouche.

Les élections israéliennes sont un divertissement, comme tous les autres divertissements à la télévision. Les médias soulèvent des tensions artificielles sur qui gagnera et qui sera expulsé, comme dans toute émission de téléréalité. Les résultats seront, eux aussi, aussi fatidiques que les résultats de ces quiz absurdes. Pour changer ça, on a juste besoin de politiciens ayant quelque chose à offrir.

Gideon Levy

Original: Israel is a one-party State

Traduit par TLAXCALA ΤΛΑΞΚΑΛΑ ТЛАКСКАЛА تلاكسكالا 特拉科斯卡拉

Traductions disponibles: Español  Deutsch  Italiano 

Source: Tlaxcala le 1 août 2019