Le Sultan brille à la cour du Roi Dragon

La Chine et la Turquie devraient « maintenir un ordre mondial multilatéral avec les Nations Unies en son centre, un système basé sur le droit international« .

Redes Sociales:
8

Erdogan semble prêt à acheter le système de défense antimissile russe au mépris des États-Unis et de l’OTAN en attachant son chariot à la Chine et la Russie.

L’image graphique de la Turquie s’éloignant de l’OTAN au profit du partenariat stratégique russo-chinois a été illustrée, à plus d’un titre, par la visite du Président turc Tayyip Erdogan au Président chinois Xi Jinping à Beijing juste après celle du G20 à Osaka.

El presidente de Turquía, Recep Erdogan (izquierda), saluda a su homólogo chino Xi Jinping en Pekín el 2 de julio de 2019. Foto: Presidencia turca / Murat Cetinmuhurdar / Anadolu y AFP

La Turquie est une plaque tournante des Nouvelles Routes de la Soie (Initiative Ceinture et Route) qui voit le jour. Erdogan est un maître dans la vente de la Turquie comme l’ultime carrefour Est-Ouest. Il a également manifesté beaucoup d’intérêt à rejoindre l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), dirigée par la Russie et la Chine, dont le sommet annuel a eu lieu à Bichkek quelques jours avant Osaka.

Parallèlement, contre vents et marées – des menaces de sanctions du Congrès américain aux avertissements de l’OTAN – Erdogan n’a jamais bougé de la décision d’Ankara d’acheter des systèmes de missiles de défense S-400, un contrat de 2,5 milliards de dollars, selon Sergei Chemezov, de la société Rostec.

Les S-400 commencent à être expédiés en Turquie dès cette semaine. Selon le Ministre turc de la Défense Hulusi Akar, leur déploiement devrait commencer en octobre. Au grand dam de Washington, la Turquie est le premier État membre de l’OTAN à acheter des S-400.

Xi, en accueillant Erdogan à Pékin, a réitéré le message qu’il avait élaboré avec Poutine lors de leurs précédentes réunions à Saint-Pétersbourg, Bichkek et Osaka : La Chine et la Turquie devraient « maintenir un ordre mondial multilatéral avec les Nations Unies en son centre, un système basé sur le droit international« .

Erdogan, pour sa part, a exercé son charme – de la publication d’un article d’opinion dans le Global Times vantant une vision commune de l’avenir à sa présentation détaillée. Son objectif est de consolider les investissements chinois dans de nombreux domaines en Turquie, directement ou indirectement liés à l’initiative Ceinture et Route.

Lire la suite

Le Président turc Erdogan et le Président chinois Xi Jinping, à gauche, passent devant les gardes d’honneur lors d’un accueil officiel au Grand Hall du Peuple à Pékin le 2 juillet : Volkan Furuncu / Anadolu / AFP

Pepe Escobar

Original: Sultan shines in the court of the Dragon King

Traduccions disponibles: Português/Galego 

Source: Tlaxcala, le 11 juillet 2019