Le soulèvement du ghetto de Gaza

Personne en Israël ne peut imaginer la vie à Gaza au cours des 12 dernières années. Il y a des gens qui veillent à ce que nous ne le sachions pas, y compris l’interdiction par Israël d’entrée aux journalistes israéliens, qui n’a suscité aucune protestation.

Redes Sociales:
8

La cruauté et la témérité des gens de Gaza ont une fois de plus atteint de nouveaux sommets samedi : des dizaines de roquettes sur Israël avant la semaine de son Jour de l’Indépendance, juste après la Journée du Souvenir de l’Holocauste et, pire encore, deux semaines avant son Eurovision. Comment osez-vous, les Gazaouis, comment osez-vous.

Israël ne s’est toujours pas remis de l’Holocauste, se prépare pour le Jour de l’Indépendance, les musiciens commencent à arriver à l’aéroport Ben-Gourion, et vous tirez des roquettes Qassam. Comment pourrons-nous fêter ? Les médias donnent l’impression qu’Israël est assiégé ; Gaza menace de le détruire. Twitter a déjà suggéré « Eva’s Story on the Gaza Border » (L’histoire d’Eva à la frontière de Gaza) – une pièce de théâtre sur la campagne des médias sociaux à propos de l’Holocauste.

Les experts médiatiques expliquent que tout cela est dû à la cupidité du Hamas. Le ramadan commence et « ils sont sous pression pour avoir de l’argent frais ». Ou, « Tout ça, c’est à cause de la faiblesse de la politique de sécurité à laquelle Israël a habitué les groupes terroristes; nous ne frappons que les bâtiments ».

Et donc ils tirent, ces méchants. Le Hamas veut de l’argent, Israël est trop doux avec eux, ils sont la terreur, nous sommes la paix ; ils sont nés pour tuer. Vendredi, l’armée a tué quatre manifestants près de la barrière frontalière de Gaza, mais qui compte ? En Israël, un adolescent a trébuché alors qu’il courait vers un refuge. « Quand un manque de politique et de continuité cède le pas au chantage », marmonne une voix de sagesse, et personne ne peut imaginer ce qu’il propose. Benny Gantz, l’alternative. C’est pour cela que nous avons une opposition.

Tout est complètement déconnecté du contexte et de la réalité, intentionnellement et délibérément. Une demi-semaine après la Journée du Souvenir de l’Holocauste, le fait de savoir que 2 millions de personnes sont enfermées depuis plus de 12 ans derrière des barbelés dans une cage géante ne rappelle rien à Israël et ne suscite rien. Une demi-semaine avant le Jour de l’Indépendance, la lutte pour la liberté et l’indépendance d’un autre peuple est perçue comme une terreur meurtrière sans raison.

Même la tentative désespérée de prévenir la famine est perçue comme de l’avidité : l’effort de donner l’apparence d’une fête dans le mois le plus saint de l’année est décrit comme de l’extorsion. C’est le bas niveau auquel le lavage de cerveau descend et personne ne proteste. Tout le monde l’accepte avec un haussement d’épaules. Quiconque doute du caractère creux et destructeur de l’inculcation de l’Holocauste en Israël devrait regarder les réponses d’Israël à ce soulèvement du ghetto de Gaza. Quiconque ignore la réalité de Gaza ou tente de nier sa catastrophe n’a rien appris.

Gaza est un ghetto et ce qui se passe dans le sud est le soulèvement d’un ghetto. Il n’y a pas d’autre façon de le décrire. Vous pouvez faire des réclamations contre le Hamas, mais vous ne pouvez pas faire de réclamations contre Gaza. Elle lutte pour sa liberté et aucune lutte n’est plus juste que sa lutte, et le Hamas la dirige.

http://tlaxcala-int.org/upload/gal_8679.gif

Le compte à rebours vers la mort du Hamas a déjà commencé : plus que sept mois avant l’échéance annoncée par l’ONU, jusqu’à ce que Gaza soit invivable pour des humains. Mais les bâillements d’Israël et ses porte-parole ne savent que vanter la « dissuasion », ce monstre que nous avons créé pour justifier chaque meurtre, chaque fermeture et chaque destruction, alors que nous nous mentons jusqu’à la mort en disant qu’il y a quelque chose pour dissuader 2 millions de personnes au chômage, désespérées et humiliées, dont certaines ont faim ou meurent faute de soins médicaux, et qui sont toutes enfermées.

Personne en Israël ne peut imaginer la vie à Gaza au cours des 12 dernières années. Il y a des gens qui veillent à ce que nous ne le sachions pas, y compris l’interdiction par Israël d’entrée aux journalistes israéliens, qui n’a suscité aucune protestation. « L’histoire d’Eva » devrait être filmée à Gaza bien avant d’être filmée dans la zone frontalière de Gaza.

Un pays qui est établi sur la mémoire des ghettos, qui a sanctifié cette mémoire il y a quelques jours seulement, détourne les yeux du ghetto beaucoup plus grand qu’il a construit de ses propres mains et ne veut pas voir, à une heure du centre de ce pays. Un pays qui s’est établi dans une lutte sanglante ne reconnaîtra pas la justesse de la lutte d’un autre peuple et se demande si ce peuple existe vraiment. Une société qui se considère exemplaire, qui s’est établie sur l’indifférence du monde à sa souffrance, fait preuve d’une insensibilité monstrueuse à la souffrance qu’elle cause.

« C’était quoi avant ? » [sous-entendu, les Palestiniens, NdT], m’a demandé une femme vendredi dans une conférence que j’ai donnée à Tel Aviv. Et nous, on était quoi ? Et que sommes-nous devenus ?

Dessins de Carlos Latuff

Gideon Levy

Original: The Gaza Ghetto Uprising

Traduit par   Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Traductions disponibles: Italiano  Español 

Source: Tlaxcala, le 5 mai 2019