Bamiyan, Babylone, Palmyre, Notre-Dame

Alors pourquoi ne pas privatiser ce superbe ensemble immobilier, à la mode du « capitalisme du désastre » ? Bienvenue au condominium Notre-Dame, appartements de luxe, hôtel et centre commercial incorporé.

Redes Sociales:
9

Les Bouddhas de Bâmiyân ont été détruits par une secte intolérante qui prétendait suivre l’Islam. Toute l’Asie bouddhiste  a été endeuillée. C’est à peine si on l’a remarqué en Occident.

Ce qui restait des ruines de Babylone et du musée Nabuchodonosor a été occupé, pillé et vandalisé par une base de US Marines  pendant l’opération ing Shock and Awe Choc et Effroi] en 2003. L’Occident n’a rien remarqué.

À Palmyre, une oasis légendaire sur la Route de la Soie, de vastes portions de la ville ont été détruites par une autre secte intolérante qui prétendait suivre l’Islam, sous la protection de certains « services de renseignements » occidentaux. Là encore, l’Occident n’a rien remarqué.                                                               

En Syrie, des dizaines d’églises catholiques et orthodoxes ont été entièrement brûlées par la même secte intolérante qui prétendait suivre l’Islam, protégée et armée , entre autres, par les états-Unis, La Grande-Bretagne et la France. L’Occident n’y a prêté strictement aucune attention.

Notre-Dame, qui peut à maints égards être considérée comme la Matrice de l’Occident, a été en partie consumée par un incendie théoriquement accidentel.       

Surtout le toit : des centaines de poutres de chêne, dont certaines dataient du treizième siècle. D’un point de vue métaphorique, cela pourrait être interprété comme l’incendie du toit couvrant la tête collective de l’Occident.

Mauvais karma? Enfin ?

Omar Al Abdallat, Jordanie

Venons-en aux choses concrètes.

Notre-Dame appartient à l’État français, qui avait presque totalement négligé ce joyau de l’art gothique qui a traversé huit siècles.

Des fragments d’arcades, des chimères, des reliefs et des gargouilles ne cessaient de tomber à terre pour être conservées dans un dépôt improvisé à l’arrière de la cathédrale. 

 L’année dernière encore, Notre-Dame a reçu un chèque de deux millions d’euros pour la restauration de la flèche, celle qui a brûlé et s’est effondrée hier

La restauration entière de la cathédrale aurait coûté 150 millions d’euros, selon le plus grand expert mondial de Notre-Dame, qui se trouve être l’USAméricain Andrew Tallon.

Ces temps derniers, c’était la guerre entre les conservateurs de la cathédrale et l’État français. 

L’État français  encaissait au moins 4 million d’euros par an en faisant payer aux touristes l’entrée aux tours jumelles (clochers), mais ne reversait que   2 millions d’euros pour l’entretien de Notre Dame

Le recteur de Notre-Dame a refusé de faire payer l’entrée à la cathédrale  – comme c’est le cas, par exemple, au Dôme de Milan.

Notre-Dame survit essentiellement grâce aux dons,  qui vont aux  salaires de seulement 70 employés qui doivent, non seulement assurer la surveillance des hordes de touristes, mais aussi organiser huit messes par jour.  

Ce que propose l’État français pour rendre cette épreuve moins pénible : organiser une loterie de bienfaisance. En clair, privatiser ce qui ressort de la responsabilité et des obligations de l’État.

Alors oui : Sarkozy et Macron et leurs gouvernements au grand complet sont directement et indirectement responsables de l’incendie.

Et maintenant, c’est l’heure de Notre-Dame des Milliardaires.

Pinault (Gucci, St. Laurent) s’est engagé à verser 100 millions d’euros sur sa fortune personnelle pour les travaux de restauration. Arnault (Louis Vuitton, Moët Hennessy) a doublé la mise et s’est engagé à donner 200 millions d’euros.

Alors pourquoi ne pas privatiser ce superbe ensemble immobilier, à la mode du « capitalisme du désastre » ? Bienvenue au condominium Notre-Dame, appartements de luxe, hôtel et centre commercial incorporé.

Pepe Escobar

Original: Bamyan, Babylon, Palmyra, Notre-Dame

Traduit par Jacques Boutard

Edité par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source: Tlaxcala, le 16 avril 2019

Traductions disponibles: Português/Galego Español