Chili : visite à des prisonniers politiques mapuche

Certains membres de la communauté ont signalé que les carabiniers utilisent des méthodes répressives illégales pour attaquer les communautés et, en particulier, les autorités impliquées dans la récupération des terres et la résistance à l’État chilien.

Redes Sociales:
9

« Si je compare la situation actuelle avec celle d’il y a onze ans, je constate un changement remarquable dans notre peuple « , explique Mónica Quezada, la mère de Matías Catrileo, qui a été tuée dans le dos en 2008 lors d’une action de récupération de terres. La situation à laquelle Monica fait référence est la forte mobilisation sociale de masse depuis le 14 novembre, date à laquelle Camilo Catrillanca a été assassiné, également par derrière.

Nous avons eu ce dialogue lundi dernier, le 10 décembre, à la prison de Temuco, où nous avons visité trois des huit prisonniers politiques mapuche : les frères Benito et Pablo Trangol et le machi (chamane) Celestino Córdova. Ils étaient entourés d’une demi-douzaine de femmes de leur peuple, qui viennent chaque semaine comme sœurs politiques des prisonniers.

Les Trangol ont été accusés d’avoir incendié une église évangélique, mais ont été incriminés par des « témoins sans visage » et soumis à la loi antiterroriste. Ils ont fait la grève de la faim pendant plus de 100 jours l’année dernière pour faire annuler l’application d’une législation qui, selon les organisations de défense des droits humains, représente la violence, le racisme et la discrimination ethnique contre le peuple mapuche.

La grève de la faim prolongée, à laquelle se sont joints un frère des Trangol et une autorité de leur communauté, a exigé que se tienne un procès équitable, puisqu’ils étaient inculpés depuis plus d’un an sans procès, et la non-application de la loi antiterroriste. Le système judiciaire a décrété dix ans de prison pour Benito et Pablo, âgés de 35 et 25 ans, sans autre élément que les déclarations d’une femme dont même les avocats ne connaissent pas l’identité.

Le machi Celestino a été inculpé dans le cadre d’une enquête sur la mort du couple de propriétaires fonciers Luchsinger-Mackay en 2013. Il a été condamné à 18 ans de prison et a fait une grève de la faim de plus de 100 jours pour pouvoir se rendre dans sa communauté pour une cérémonie traditionnelle afin de remplir sa fonction de machi (autorité religieuse mapuche).

L’impression que nous avons retirée de cette visite, confirmée dans tous les dialogues avec des responsables mapuches, est que la répression augmente de manière exponentielle. Certains membres de la communauté ont signalé que les carabiniers utilisent des méthodes répressives illégales pour attaquer les communautés et, en particulier, les autorités impliquées dans la récupération des terres et la résistance à l’État chilien.

Les assassinats de Catrileo et Catrillanca démontrent clairement le caractère criminel des agissements des carabiniers. Dans les deux cas, les hommes en kaki ont menti. Catrileo meurt dans une action pacifique dans la ferme de Santa Margarita, propriété de Jorge Luchsinger, revendiquée par les communautés et défendue par les Carabineros qui ont tué le militant mapuche. Ils ont dit qu’il y avait eu un affrontement armé, mais les tueurs auraient dû être condamnés lorsque leurs mensonges ont été démasqués et qu’ils ont été congédiés du corps des carabiniers.

Catrillanca a été tué dans le dos par un membre du Commando de la jungle des carabiniers alors qu’il conduisait un tracteur. La première version de Carabineros était que l’action était la réponse au vol de voitures d’ enseignantes de l’école d’Ercilla par un groupe de cagoulés et qu’il avait un casier judiciaire. Ils ont affirmé que l’action n’avait pas été filmée, mais en réalité, ils avaient détruit cet élément de preuve.

Quand tous les mensonges se sont effondrés, le gouvernement a dû reculer et les manifestations de soutien au peuple mapuche se sont multipliées dans tout le Chili. Mónica, la mère de Matías Catrileo, a fait référence à cette énorme mobilisation lorsqu’elle a évoqué la croissance du peuple mapuche dans cette longue et difficile décennie.

Tout comme le meurtre de Matías a forgé une nouvelle génération de militants, le meurtre de Camilo élargit l’horizon d’un peuple entier. Ce qui est vraiment nouveau au Chili aujourd’hui, ce n’est pas la lutte des Mapuches, un peuple qui se bat depuis cinq siècles, mais l’implication de nouvelles vagues de jeunes (et moins jeunes) dans une lutte durable contre un État génocidaire et terroriste.

Cette  » puissance » mentionnée par Monica, cette croissance du peuple mapuche, ne se vérifie pas dans les grandes manifestations ou dans les actions de protestation et de solidarité. Mais elle est palpable dans les groupes de base, dans la multiplication des organisations mapuche et mixtes, dans l’augmentation notable des personnes qui parlent et étudient le mapudungun, dont de nombreux blancs, que les Mapuche appellent huincas (envahisseurs). Une force qui naît de la terre, d’en bas, et qui est en train de s’avérer imbattable.

Le principal fléau du peuple mapuche est l’extractivisme forestier, qui est protégé et défendu par l’État chilien et le gouvernement Piñera. Ce modèle a ses limites : comme le souligne le dernier éditorial du site ouèbe Mapuexpress, la dignité de la famille et de la communauté de Camilo Catrillanca a impliqué « une forte secousse pour regarder avec plus de précision historique et politique ce qui se passe au Wallmapu (pays mapuche) » et a généré « un puissant chemin de lutte pour le peuple mapuche ».

Raúl Zibechi

Original: Presos políticos Mapuches

Traductions disponibles: Italiano 

Traduit par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source: Tlaxcala, le 19 décembre 2018