La Bolivie d’Evo Morales : le modèle en chiffres

La réduction de la pauvreté, de la mortalité infantile et de l’analphabétisme, ainsi que l’augmentation du PIB qui place la Bolivie au sommet de la croissance régionale pour la cinquième année consécutive, dans le cadre de l’application de politiques souveraines et inclusives, montrent les vertus d’un modèle dont les chiffres font une référence mondiale.

Redes Sociales:
9

Après douze ans à la tête de l’État plurinational de Bolivie, le président Evo Morales se consolide comme l’un des principaux référents régionaux. La confrontation avec le président Donald Trump au Conseil de sécurité des Nations unies – qui était présidé par le gringo – a montré une position claire pour défendre l’autodétermination des peuples, la souveraineté et le respect du droit international.

Le modèle bolivien n’est pas seulement consolidé à partir d’une position idéologique solide. Tant les chiffres officiels que ceux des organisations internationales reflètent les progrès marqués en matière de santé, d’éducation, de répartition des richesses, de croissance, de création d’emplois, ainsi que dans les politiques d’inclusion des femmes et des peuples autochtones dans la vie sociale et politique bolivienne.

La récupération par l’État de l’exploitation des ressources naturelles boliviennes, qui étaient entre les mains d’entreprises étrangères, ainsi que l’approbation et l’application de lois permettant la consolidation d’un modèle social et politique souverain et inclusif, ont été à la base du tournant décisif qui a été pris en Bolivie.

Depuis qu’Evo Morales est devenu président, plus de 243 000 entreprises ont été créées. Selon les chiffres de la Banque interaméricaine de développement (BID), le chômage est tombé à 4,5 % en 2017, faisant de la Bolivie le pays ayant le taux de chômage le plus bas de la région. Selon l’étude de la BID, le gouvernement bolivien a non seulement tombé dans le chômage, mais il a également réduit les inégalités de 28%.

Diverses études indiquent qu’en 2006, 59,9 % de la population était dans la pauvreté et qu’elle a été réduite à 36 % en 2017. De même, l’extrême pauvreté, qui était de 36,4 %, a été ramenée à 17,1 %.

La répartition de la richesse a permis à la classe moyenne de croître de plus de 3 millions de personnes entre 2005 et 2017, passant de 35 % à 58 % de la société, tandis que la classe inférieure a diminué de 61 % à 37 %.

Au cours des quatre dernières années, la Bolivie a été en tête de la croissance de la région, avec une moyenne de 5% par an. Selon les projections de la Commission économique pour l’Amérique latine et la Caraïbe (CEPALC), elle sera également à la tête de la croissance économique régionale en 2018 avec 4% – d’autres projections indiquent que cette croissance pourrait être encore plus forte et atteindre 4,8%.

En ce qui concerne la santé, la réalisation la plus notable est sans aucun doute la réduction de 52 % de la mortalité infantile. Les données indiquent qu’en 2008, la mortalité infantile était de 50 pour 1 000 naissances vivantes, alors qu’en 2016, elle atteignait 24 pour 1 000 naissances vivantes – un chiffre qui devrait continuer à baisser.

Dans le domaine de l’éducation, les données montrent qu’avant l’arrivée d’Evo Morales au gouvernement, le taux d’analphabétisme était de 23%, alors qu’en 2017, ce chiffre est tombé à 2,7%. Dans cette réduction marquée, la mise en œuvre du programme d’alphabétisation cubain « Yo, sí puedo » (Oui, je peux) a été fondamentale.

Les politiques d’inclusion ont permis d’accroître sensiblement la participation des femmes à la vie politique et sociale du pays. Avant l’accession d’Evo Morales à la présidence, seulement 9,8 % des femmes possédaient des terres ; aujourd’hui, ce chiffre est passé à 45 %. De même, la participation des femmes à la vie politique a augmenté, au point que le Congrès bolivien compte 53 % de femmes dans sa composition – dépassant de loin la participation féminine dans la plupart des pays de la région et même de l’Europe.

Élargissement des droits, politiques souveraines et inclusives, croissance économique et répartition des richesses sont quelques-uns des aspects qui caractérisent le modèle mis en œuvre par Evo Morales en Bolivie, un modèle que la plupart des médias hégémoniques préfèrent ignorer.

Héctor Bernardo

Original: La Bolivia de Evo: el modelo en números

Traduti par Fausto Giudice Фаусто Джудиче فاوستو جيوديشي

Source: Tlaxcala, le 24 octobre 2018